Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet –

Après 6 longues années, Panasonic met à jour son boîtier couteau suisse micro 4/3 avec une fiche technique qui ferait rougir un Lumix GH6. Reprenant de nombreux éléments de ses ainés, comme le Lumix S5 II, Panasonic voit les choses en grand et quasi sans concession, avec un boîtier qui s’annonce aussi bon en photo qu’en vidéo. Les années d’attentes seront-elles être récompensées à la hauteur de nos attentes ? Les dépasseront-elles ? Découvrons ça dans ce test du nouveau Panasonic Lumix G9 II.

Panasonic Lumix G9 II Fiche technique

Modèle
Panasonic Lumix G9 II

Type d’appareil

Hybride

Format du capteur

Micro 4/3

Résolution capteur

26,52 Mpx

Stabilisateur d’image

Mécanique

Définition enregistrement vidéo

5.7K @ 60p

AF-S

75 FPS

Écran orientable

Oui

Poids

575 g

Fiche produit

Ce test a été réalisé à l’aide d’un appareil photo prêté par le constructeur.

Panasonic Lumix G9 II Design et ergonomie : un bon goût de S5 II

Si le Lumix G9 originel se targuait de volumes plutôt généreux et arrondis, il n’en est rien sur son successeur. Placé sous le signe de la maturité et de l’efficacité, ce nouveau G9 II voit principalement deux gros changements structurels arriver; la perte de son écran supérieur ainsi qu’une belle mise à jour ergonomique.

Partageant la très grande majorité de sa conception avec son aîné S5 II, on ne leur donnera comme différence que l’absence du ventilateur sur le G9 II. Avec des dimensions généreuses similaires à celle du S5 II — 134,3 x 102,3 x 90,1 mm — la prise en main s’avère tout aussi excellente que sur ce dernier avec une petite perte de poids, en passant de 740 g à 658 g pour le Lumix G9 II.

Le Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Malgré un gabarit qui s’avère particulièrement plaisant et rassurant en main, le poids plume du G9 II est un véritable atout face à son concurrent direct : le OM System OM-1 ; tout en restant plus massif que certains boîtiers pleins formats comme le Nikon Z6 II ou la pléthore de boîtiers Sony sortis ces derniers mois.

Ce faisant, la prise en main s’avère absolument excellente tant pour les prises de vues à une main, que l’équilibre du poids avec une grande optique. Doté d’un large repose pouce rassurant, on ne retrouve qu’un seul défaut sur l’aspect prise en main de ce G9 II, bien qu’il reste minime : la sensibilité des molettes de réglages.

Le Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Si l’ensemble de la prestation est un quasi sans faute pour ce G9 II, c’est avec surprise que ce petit détail à su contrarier à de nombreuses reprises nos sessions photos durant le test. Il n’est pas rare de faire tourner la molette située au dessus du pouce sans s’en rendre compte, que ce soit en manipulant le boîtier ou simplement en laissant pendre au bout de la courroie en photo de rue ; changeant les réglages de l’appareil de façon intempestives et inattendues. Bien que ce défaut vaille également pour la molette avant, il est bien moins récurant que celui placé au dessus du pouce. Un petit point regrettable donc à la vue de la qualité globale et du soin apporté à ce boîtier dont on peine à trouver des défauts ergonomiques.

Outre ce détail, l’accès aux différents boutons ainsi que leurs placements s’avèrent excellents sans surprises, tant pour les prises photos que vidéos. Constitué d’un alliage de magnésium résistant à l’eau et à la poussière, l’appareil dispose d’une apparence très soignée bien que le choix de plastiques pour certains éléments aurait pu être mieux selon nous ; une fois encore difficile de trouver des défauts côté ergonomie pour ce G9 II.

Le stockage du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Le stockage du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Les connectiques du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Les connectiques du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Du côté des connectiques, on retrouve sur ce G9 II un double slot SD UHS-II ainsi qu’un port télécommande sur sa partie droite ainsi que son traditionnel logement pour sa batterie DMW-BLK22E, rechargeable directement par USB-C ou accumulateur externe, sous l’appareil. Sur la partie gauche, on retrouve le reste des connectique avec de haut en bas : un port micro, un port casque, un port HDMI-A ainsi qu’un port USB-C (3.2 Gen 2).

Panasonic Lumix G9 II Visée : sobre mais efficace

Equipé d’un viseur Oled de 3,68 Mpx avec un grossissement de 0,8x, le G9 II s’avère aussi confortable que son prédécesseur. Lumineux et bien défini, ce nouveau viseur n’est encore une fois pas sans nous rappeler le S5 II , dont il reprend également l’écran arrière dont nous reparlerons ultérieurement. Offrant la possibilité de faire varier le taux de rafraîchissement à 120 Hz au prix d’une légère perte de qualité, ce viseur s’en sort très bien dans la majorité des situations, y compris les shooting sportifs.

Le viseur du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Pour ce qui est de la colorimétrie, elle s’avère excellente tant sur l’écran que celle du viseur. Concernant cet écran arrière, Lumix livre un écran de 3 pouces de 1,84 Mpx monté sur la même rotule que le S5 II, permettant les prises vlog, en servant à la fois à la navigation tactile et à la prise de vue. Même s’il est lumineux et assez bien défini, on reste encore une fois sur la même lignée que le viseur, à savoir efficace sans extravagances. En conditions de lumières vives, l’écran peut trouver ses limites, forçant à utiliser le viseur ou masquer le soleil pour voir correctement la visée. Excepté dans ces conditions exceptionnelles, la luminosité s’avère globalement bonne.

L’écran du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Panasonic Lumix G9 II Contrôle et navigation : l’excellence jusque dans les détails

Disposant de la possibilité de réassigner la quasi totalité de ses boutons, ce G9 II dispose d’une capacité de personnalisation tout simplement exceptionnelle. Du côté des menus, pas de surprise, l’interface de Lumix est toujours aussi bonne. Les menus sont pptimisé pour la navigation tactile, qui demeure très agréable via son écran arrière. L’usage de la roue de navigation, pouvant également faire office de trèfle, s’avère très utile en complément du tactile, lors des sessions de personnalisations ou de recherche dans les menus.

Pour parfaire le tout, la présence d’un joystick aux côtés du bouton AF-On, pour faciliter la mise au point, rend quasi parfaite les capacités de contrôle et de navigation de ce nouveau Lumix G9 II. Nouveauté marquante sur ce boîtier, la disparition de l’écran de contrôle sur la face supérieure laisse place à une roue PASM sur l’interrupteur de l’appareil.

Le Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

À l’usage, ce changement permet une plus grande aisance avec des boutons plus aérés et mieux placés, mais fait perdre ce petit plus apporté par les exifs en accès rapide sur la face supérieure.

Avec ce gain d’espace, le bouton rec dispose désormais de beaucoup plus de place, tandis que les trois boutons WB/ISO/EV sont rehaussés pour une meilleure ergonomie générale.

Les nouvelles commandes du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Avec cette disparition d’écran, la place désormais libérée permet l’apparition d’une roue dédiée à la sélection de l’entrainement ; peut-être un peu gadget selon nous, même si toujours pratique avec cette facilité d’accès. Enfin, c’est dans les détails que la différence se fait, avec le sélecteur de mise au point accolé au joystick, permettant de basculer entre les trois modes de mise au point disponibles, accordant encore une fois un excellent niveau de contrôle sur ce G9 II.

Panasonic Lumix G9 II Qualité d’images : un grand pas pour le micro 4/3

Équipé d’un capteur de 25,2 Mpx — 5776 x 4336 pixels — , la qualité des photos de ce G9 II associée à son processeur Venus Engine fait un bon pas en avant en gagnant 5 Mpx avec cette itération.

Le capteur du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Gagnant autant en restitution des détails qu’en fidélité des couleurs, les clichés pris avec ce G9 II, dans de bonnes conditions lumineuses, s’avèrent particulièrement satisfaisants. Fidèle à sa signature, on retrouve sur ce Panasonic la coutumière balance des blanc tirant vers les tons froids. Disponible en kit avec le petit objectif Leica DG Vario-Elmarit 12-60 mm f/2,8-4 ASPH, ce couple léger et polyvalent s’en sort très bien, tant par le piqué que la restitution des couleurs.

Le Leica DG Vario-Elmarit 12-60 mm f/2,8-4 ASPH livré en kit avec le Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Pourvu d’une large gamme dynamique allant jusqu’à 13 stops (en V-Log), le G9 II possède une sensibilité ISO native allant de 100 à 25 600 ISO, extensible à 50 ISO.

La précision des couleurs du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Sur le terrain, couplé au 12-60 mm f/2,8-4, on remarque tout de suite les progrès dans la gestion du bruit avec des images parfaitement exploitables jusqu’à 800 ISO. Passé 1600 ISO, un premier pallier se fait ressentir, sans être rédhibitoire, contrairement au palier des 3200 ISO. Passé ce cap, la perte de détails et la fiabilité des couleurs en viennent à être vraiment dégradés jusqu’à 12 800 ISO, dernier palier qui marque une dégradation vraiment significative de l’image, alors compliquée à récupérer.

800 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

800 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

1600 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

1600 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

3200 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

3200 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

6400 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

6400 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

12800 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

12800 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

25600 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

25600 ISO au Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

À l’usage, avec des conditions lumineuses classiques à importantes, ce G9 II surprend par la qualité des photos qu’il propose, associé à une optique de qualité. La qualité des détails et des couleurs se rapprochant grandement de ce que l’on peut retrouver sur les capteurs de plus grands formats. Dans les conditions lumineuses plus faible en revanche, le format 4/3 peine toujours et perd rapidement en qualité, défaut historique inhérent à ce type de capteur.

la qualité du micro 4/3 du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Pour les amateurs de jpeg et de luts, Panasonic propose une fois encore sur ce G9 II une grande variété de filtres allant des profils aux couleurs très marquées, aux filtres noir et blanc issus de la collaboration avec Leica. Un petit plus appréciable, en particulier pour la partie N&B très réussi.

Un des filtres N&B du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Panasonic Lumix G9 II Performances : une rafale au sommet

Premier appareil micro 4/3 équipé d’un autofocus hybride — détection de phase et de contraste — de la firme, le G9 II reprend encore une fois un élément du S5 II sorti plus tôt en l’associant à leur dernière génération de processeur Venus Engine. Ainsi, Panasonic se remet au niveau de la concurrence avec un système à la fois rapide et précis, dont les performances font un grand saut en avant. Avec un total de 779 collimateurs utilisables, la rapidité et l’efficacité de la reconnaissance des sujets prend un sacré coup de jeune. Au delà des visages et yeux sujets humains, ce G9 II est également capable de reconnaître les animaux, voitures, motos, et oiseaux. En comparaison, le G9 II se place même devant le S5 II avec son suivi amélioré pour les animaux et les véhicules.

L’efficacité de l’autofocus du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Si l’autofocus du G9 premier du nom s’avérait bon, il ne proposait que de la détection de contraste et est incomparable avec celui de son successeur qui le détrône largement sur tous les points grâce au passage à l’AF hybride et ce, même en basse lumière. A l’usage, on remarque toutefois quelques ratés avec des détections fantômes qui s’avèrent tout de même occasionnelles. Un comportement qui le place toujours quelque peu en deçà de la concurrence, bien que les avancées peuvent être qualifiées de majeures pour Panasonic.

Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

Pour ce qui est de la vitesse, Panasonic à clairement travaillé son G9 II comme un boîtier à tendance sportive. Avec une rafale à 10 i/s avec suivi AF, le constructeur fait de net progrès mais reste encore une fois en dessous de certains de ces concurrents en partie mécanique. En obturateur électronique, le G9 II prend son envol sur la concurrence avec un buffer allant jusqu’à 60 i/s avec suivi AF ; montant jusqu’à 75i/s avec le mode AF-S, le tout avec un buffer acceptant pas moins de 200 clichés en UHS-II. A l’heure actuelle, ce G9 II possède donc la meilleure rafale du marché, dépassant même l’excellent OM-1 avec ses 50 i/s et son buffer limité à 90 images.

la rafale du Panasonic Lumix G9 II©Théo Toyer pour Frandroïd

En considérant un certain nombre de ratés, qui restent néanmoins peu nombreux, la rafale s’en sort très bien avec des effets de rolling shutter limités.

Niveau autonomie, le constructeur annonce une légère baisse face à son ainé avec environ 370 images au viseur contre 390 avec l’écran arrière. Une baisse d’environ 20 clichés donc qui ne se fait pas ressentir sur le terrain avec des performances qui montent de nôtre côté jusqu’à 700 clichés environ. Pour la vidéo, notre test conclu une autonomie d’environ 90 à 105 minutes en captation 4k 60p classique. Pas de problème notoire de surchauffe à signaler avec ce G9 II qui gère bien la montée en température lors des longues prises vidéos malgré l’absence de ventilation.

Panasonic Lumix G9 II Qualité vidéo : la petite bombe

Lien YouTube S’abonner à Frandroid

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs. Ce contenu est fourni par YouTube.
Pour pouvoir le visualiser, vous devez accepter l’usage étant opéré par YouTube avec vos données qui pourront être utilisées pour les finalités suivantes : vous permettre de visualiser et de partager des contenus avec des médias sociaux, favoriser le développement et l’amélioration des produits d’Humanoid et de ses partenaires, vous afficher des publicités personnalisées par rapport à votre profil et activité, vous définir un profil publicitaire personnalisé, mesurer la performance des publicités et du contenu de ce site et mesurer l’audience de ce site (en savoir plus)

J’accepte tout

Bien que Panasonic se place comme l’un des leaders du monde de la vidéo depuis la sortie de son GH4, l’arrivée de ce G9 II vient remettre un clou sur le cercueil de sa concurrence, et surtout sur le GH6, son homologue dédié à la vidéo. Disposant de la vidéo en 5,7K, 60p, 4:2:0, 10 bits et 17:9 (en interne et sans recadrage), le Lumix G9 II n’a donc que faire de la concurrence et qui plus est celle du très aimé GH6, avec des capacités comme l’Apple ProRes 4:2:2 HQ en 30p ou en 4K DCI, UHD voire même en Full HD, le tout sur SSD externe.

Lien YouTube S’abonner à Frandroid

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs. Ce contenu est fourni par YouTube.
Pour pouvoir le visualiser, vous devez accepter l’usage étant opéré par YouTube avec vos données qui pourront être utilisées pour les finalités suivantes : vous permettre de visualiser et de partager des contenus avec des médias sociaux, favoriser le développement et l’amélioration des produits d’Humanoid et de ses partenaires, vous afficher des publicités personnalisées par rapport à votre profil et activité, vous définir un profil publicitaire personnalisé, mesurer la performance des publicités et du contenu de ce site et mesurer l’audience de ce site (en savoir plus)

J’accepte tout

En plus du ProRes, Panasonic propose la possibilité d’enregistrer des séquences en anamorphique de 5,8K en 30p max. Les amateurs de haute vitesse seront également comblés avec des possibilités de captation jusqu’en 4K 120p et jusqu’en Full HD 300p. Ce G9II a de quoi séduire les vidéastes. Ajoutez à cela la possibilité d’ajouter des Luts en temps réels (avec la V-709 native modifiable), les zébras, l’aide à la transition de mise au point, les marqueur de cadre et l’enregistrement sur SSD externe entre autre, et ce boîtier se voit être aussi polyvalent en photo qu’en vidéo.

Le G9 II prend donc la vedette au GH6 dont il ne prend pas l’enregistrement en RAW via la sortie HDMI et le ventilateur intégré.

Panasonic Lumix G9 II Prix et disponibilité

Le Panasonic Lumix G9 II est disponible au tarif de 1899€ nu ou en kit, avec le Lumix G Vario 12-60 mm f/3,5-5,6 ASPH à 2099€ ou avec le Leica DG Vario-Elmarit 12-60 mm f/2,8-4 ASPH à 2499€

Où acheter Le
Panasonic Lumix G9 II au meilleur prix ?

Source : https://www.frandroid.com/marques/panasonic/1841807_test-du-panasonic-lumix-g9-ii-le-nouveau-roi-des-appareils-micro-4-3

Auteur :

Date de Publication : 2023-10-31 19:04:14

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet – - Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet – * Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet – | Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet – | Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet – | Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet – | | Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet – | | Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet – | Test Panasonic Lumix G9 II : notre avis complet –