Test de l’Asus Zenfone 10 : petit mais costaud

GoogleAds

Le smartphone au petit gabarit d’Asus a de la puissance à revendre.

Asus continue sur sa lancée. Le Taïwanais se fait un malin plaisir à prendre le contre-pied de la tendance actuelle suivie par la majorité des constructeurs qui cherchent par tous les moyens à proposer des écrans toujours plus grands. Le Zenfone conserve ainsi son format compact si caractéristique. Asus se contente cependant de remettre au goût du jour la recette appliquée au Zenfone 9 sorti l’an passé en modifiant les ingrédients mais en préservant tout ce qui constitue les forces (et les faiblesses) de son smartphone atypique. Pas sûr que ce soit suffisant pour séduire, surtout à ce tarif.

Design : on ne change pas une équipe qui gagne

Asus reprend donc une partie des éléments qui avaient suscité tant d’engouement pour son Zenfone 9, à commencer par le gabarit. Le Zenfone 10 reste donc sur un petit format. Alors que la plupart des smartphones actuels sont taillés pour de grandes mains, le Zenfone 10 ne mesure que 14,6 cm de haut pour 6,8 cm de large. Son épaisseur demeure toutefois au-dessus de la norme avec 9,4 mm. Ces dimensions ont de quoi surprendre lorsque l’on a pris l’habitude de manipuler des mobiles bien plus grands. Néanmoins, on s’habitue vite aux avantages qu’elles procurent. Le smartphone tient évidemment très bien en main et se montre très facile à manipuler. Son épaisseur conforte la sensation de sécurité malgré un poids léger de 172 g. Il se dégage donc une sensation de densité assez agréable. Ce petit format se faufile aussi dans n’importe quelle poche, y compris avec un jean un peu étroit, sans dépasser. Un véritable atout pour éviter les tentations des pickpockets.

 

Pour le design, Asus joue aussi la carte de la sécurité. Le constructeur rempile avec un dos similaire à celui du Zenfone 9 constitué de plastique à la texture rugueuse qui évite qu’il ne glisse des doigts, décliné en cinq couleurs (vert, rouge, blanc, bleu et noir). Seule évolution par rapport au modèle précédent : une subtile évolution des anneaux qui entoure les deux modules photo avec un aspect métallique pour apporter, probablement, une touche premium.

 

Pour le reste, c’est simple, rien ne change. La tranche droite embarque le même bouton de mise sous tension faisant office de lecteur d’empreinte digitale et de raccourcis pour quelques fonctions, et les boutons de volume. Sur le dessus, on retrouve aussi la prise jack 3,5 mm déjà présente l’an passé (Asus fait de la résistance). Enfin, la tranche inférieure accueille le port USB-C et le tiroir SIM où peuvent prendre place deux cartes mais pas de carte mémoire microSD.

Écran : la taille, ça compte finalement

Qui dit petit gabarit dit forcément petit écran. Sur ce terrain, et malgré ce que de nombreuses rumeurs laissaient supposer, le Zenfone 10 conserve une dalle de taille similaire au Zenfone 9 soit 5,9 pouces. Ce qui en fait l’un des écrans les plus petits du marché. Pour autant, il ne s’agit pas d’un écran au rabais. Cette dalle Amoled au format 20:9 propose une définition 1080 x 2400 pixels pour une résolution de 445 ppp comme sur le précédent modèle. Asus n’a pas non plus revu l’occupation de l’écran sur la face avant du smartphone. Les bordures demeurent toujours assez épaisses et le menton présent. Dommage. Ce qui change ? Le taux de rafraîchissement. On peut ici atteindre les 144 Hz contre 120 Hz maximum pour le Zenfone 9 (un taux utilisable uniquement pour les jeux). Sinon, l’écran offre toujours une très bonne luminosité (avec un pic à 1100 nits) et des couleurs bien calibrées.

Si vous disposiez jusque-là d’un écran plus grand (d’une diagonale supérieure à 6 pouces) un petit temps d’adaptation sera nécessaire pour vous habituer à ce format plus compact. La quantité d’informations affichée à l’écran est un poil réduite. Néanmoins, la qualité d’affichage compense, en tous cas dans les usages du quotidien, cette perte d’espace.

Performances : un moteur de Ferrari dans une Fiat 500

Avec ses Zenfone, Asus a toujours misé sur une grosse puissance dans un gabarit réduit. Le Zenfone 10 n’échappe pas à la tradition. Sous le capot, l’engin embarque le SoC le plus premium du moment, le Snapdragon 8 Gen 2 de Qualcomm épaulé par 8 ou 16 Go de mémoire vive et jusqu’à 512 Go d’espace de stockage. Ainsi armé, il se montre largement à la hauteur pour toutes les tâches du quotidien. Ses résultats avec le benchmark Antutu dépassent même de près de 300 000 points tout de même ceux du fleuron de la gamme actuelle Samsung, le Galaxy S23 Ultra équipé du même SoC pourtant optimisé pour lui.

 

En jeu également, le Zenfone 10 ne s’en laisse pas compter. Nous avons pu le pousser dans ses retranchements avec Genshin Impact en profitant du niveau de détails élevé et en poussant les fps à 60 sans ressentir la moindre dégradation. Agréable. Cependant, toute cette puissance dans ce petit gabarit, n’est pas sans conséquence. Nous avons remarqué une certaine chauffe au bout de plusieurs dizaines de minutes de jeu. Rien de rédhibitoire mais suffisant pour que cela se ressente en mains. Enfin, pour les joueurs, ce format pocket perd aussi un peu de son intérêt. L’écran, même s’il se montre bien réactif, adopte une taille qui n’est pas toujours des plus agréables pour jouer dans des conditions les plus confortables. C’est presque à la limite du gâchis.

 

Interface : rien ne change ou presque

Sur ce Zenfone 10, Android 13 est à la manœuvre, recouvert du léger voile de la surcouche logicielle ZenUI. L’interface d’Android demeure très proche de celle que l’on retrouve sur les smartphones Pixel de Google. La fluidité est au rendez-vous et l’on apprécie toujours autant les particularités apportées par Asus pour, notamment appliquer des raccourcis au boutons de volume (pour prendre instantanément des clichés sans même réveiller l’écran) ou au bouton de mise sous tension. Grâce à lui, le scrolling dans Instagram ou sur un site web peut s’effectuer sans même toucher l’écran. La surface tactile du bouton permettant de faire défiler la page. Il peut aussi être mis à contribution pour accéder aux réglages rapides ou aux notifications par exemple. C’est bien fichu et ça fonctionne bien.

 

Notons également qu’Asus donne accès par défaut à une fonction normalement accessible une fois les options développeurs déverrouillées : la possibilité de réduire ou supprimer les animations de l’interface. Un petit plus pour améliorer, encore un peu s’il en était besoin, les performances de l’appareil.

 

Photos : impeccable de jour, perfectible de nuit

Pour la photo, le Zenfone 10 s’appuie sur deux modules dorsaux : un grand angle de 50 mégapixels stabilisé (f/1.9) et un ultra grand-angle de 13 mégapixels (f/2.2) offrant un angle de vision à 120°. De jour, les résultats sont plutôt convaincants. Le module grand-angle propose de belles prestations avec un bon piqué. Les détails sont là et les couleurs dans l’ensemble bien respectées. On note toutefois un contraste un peu trop poussé à notre goût.

 

Grand-angle 

Ultra grand-angle 

Grand-angle 

Ultra grand-angle 

 

Zoom 2x 

Zoom 8x 

Grand-angle 

 

Ultra grand-angle 

 

Zoom 2x 

Grand-angle 

Ultra grand-angle 

 

Ultra grand-angle 

Grand-angle

 

Ultra grand-angle 

 

Zoom 2x

Le module ultra grand-angle n’est pas en reste non plus. Il produit des clichés satisfaisants. Les déformations sur les bords sont contenues.

De nuit, l’appareil rencontre un peu plus de difficultés. Le module grand-angle tente de recueillir le maximum de lumière (avec des temps de pose variant entre 3 et 5 secondes) mais n’y parvient pas toujours. Un léger bruit numérique s’invite et la perte de détails demeure parfois brutale. Le module ultra grand-angle n’est pas à la fête non plus à la nuit tombée. La colorimétrie reste globalement plutôt bien respectée mais le piqué peine à convaincre.

En mode portrait, le Zenfone 10 s’en sort plutôt bien. Le bokeh est plutôt bien maîtrisé avec une intensité variable appréciable. Le détourage des éléments complexes (poils et cheveux) se montre tout à fait convaincant.

 

La caméra selfie délivre de son côté des résultats tout à fait exploitables avec un bon piqué et un bon respect des couleurs.

 

Le Zenfone 10 propose par défaut un zoom 2x numérique (capable de grimper jusqu’à 8x). Une fonction qui dépanne bien lorsque l’on souhaite se rapprocher du sujet mais qui ne donne pas toujours pleinement satisfactions. L’appareil ayant une tendance à accentuer les contours. Au-delà de 2x, le lissage gomme la plupart des détails rendant l’image très artificielle.

Pour la vidéo, l’appareil embarque un stabilisateur optique (OIS) Gimbal 2.0 sur six axes sur le module grand-angle, épaulé par un stabilisateur électronique (EIS) adaptatif. Cela en fait un excellent candidat pour la capture vidéo. Et force est de constater qu’il s’en sort haut la main. Les séquences sont fluides et ne présentent aucun tremblement. Le cadre de l’image s’adapte de façon dynamique en fonction du niveau de secousse. Il est possible de filmer en 8K (24 fps) ou 4K (30 ou 60 fps).

Autonomie : une optimisation toujours bien maîtrisée

Pour alimenter ce petit gabarit avec son gros moteur, Asus a du faire des concessions. Le Zenfone 10 se dote donc d’une batterie de 4300 mAh (comme pour le Zenfone 9 encore une fois). Néanmoins, ce petit accu donne entière satisfaction. Il tient très largement la journée d’utilisation avec un usage normal permettant même de bien entamer la matinée suivante sans passer par la case recharge. Lorsqu’on le sollicite un peu plus, là encore l’autonomie tient aisément la longueur. Le Zenfone 10 a ainsi lâché la rampe après 16 heures d’utilisation non-stop. Plutôt pas mal.

 

Quant à la recharge, la nouveauté cette année tient à l’ajout du mode sans fil (15 W). Avec le chargeur fourni (30 W), et en filaire cette fois-ci, comptez 1h30 pour refaire le plein. 40 minutes de charge permettent de retrouver 70 % de batterie, ce qui reste très convenable.

Et du côté de la concurrence ?

Le Zenfone 10 est décliné en trois versions avec un ticket d’entrée à 799 euros tout de même pour le modèle 8-128 (disponible en noir uniquement). Il faut compter 849 euros pour la version 8-256 Go et 929 euros pour la version haut de gamme 16-512 Go. Dans ces fourchettes de prix, la concurrence est rude à commencer par celle exercée par Google avec son Pixel 7a (509 euros) pour lequel la diagonale d’écran est de 6,1 pouces ou le Samsung Galaxy S23 (899 euros) avec sa diagonale d’écran elle aussi de 6,1 pouces.

Voir les prix

Voir les prix

Si l’on souhaite un smartphone vraiment compact, il faut se tourner vers Apple avec son iPhone SE 2022 (559 euros) et son écran de 4,7 pouces et son design daté ou encore l’iPhone 13 mini (809 euros) avec un écran de 5,4 pouces.

Voir les prix

Voir les prix

Conclusion

Avouons-le, un gabarit aussi compact procure une sensation étonnante en mains. On apprécie la possibilité de glisser ce smartphone aisément dans n’importe quelle poche sans courir le risque de le voir dépasser ou encore déformer le tissu. À l’usage, ce petit écran se montre également confortable tant il est lumineux et bien défini. On aime aussi toute la puissance contenue dans un si petit corps. Asus ne déroge pas à la tradition en embarquant ce qui se fait de mieux avec une fiche technique des plus solides. Néanmoins, on se demande parfois pourquoi. Pour jouer, le SoC en a sous le coude mais l’écran se montre un peu trop étriqué. Par ailleurs, le volet photo mérite aussi un petit coup de boost pour se montrer à la hauteur des attentes et des besoins actuels… sauf en vidéo où l’appareil se démarque vraiment de la concurrence. Reste que la facture se révèle vraiment trop salée.

Les plus Format compact, design robuste, performances au top, belle autonomie, photos de jour réussies, fonctions logicielles bien pensées

Les moins Chauffe lors de forte sollicitation, absence de téléobjectif, photos de nuit perfectibles, le prix trop élevé

Découvrez les meilleurs forfaits du moment :
Plus de 100 forfaits trouvés

Source : https://www.cnetfrance.fr/amp/produits/test-asus-zenfone-10-39960040.htm

Auteur :

Date de Publication : 2023-06-29 15:30:00

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

GoogleAds
Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

1 2 3 4 5 6 7 8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .