Test Apple iPhone 15 : un pack costaud, l’USB-C en première ligne

GoogleAds

Le bloc photo dorsal de l’iPhone 15 ressemble à s’y méprendre à celui de l’iPhone 14. Mais entre les deux smartphones, une différence de taille est à retenir : Apple troque son habituel capteur principal de 12 mégapixels contre un capteur de 48 Mpx, lui aussi muni d’un grand-angle équivalent 26 mm (f/1,6). En revanche, il reconduit son module ultra grand-angle (capteur de 12 Mpx) et son capteur frontal de 12 Mpx (optique f/1,9, équivalent 23 mm).

Module principal : 48 Mpx, f/1,6, éq. 26 mm

Ce module principal fait appel au pixel-binning, mais de manière plutôt originale : par défaut, les clichés sont tirés en 24 Mpx. Si l’on peut naturellement craindre une augmentation du poids des images, il n’en est rien. À titre de comparaison, une photo de notre scène de test avec un éclairage diurne pèse 3,8 Mo en 24 Mpx (format HEIF), quand la même image de 12 Mpx (résolution native JPG) sur un Samsung Galaxy Z Flip 5 pèse par exemple 4,7 Mo. Ajoutons qu’il est possible d’opter dans l’app Réglages pour un export en 12 Mpx — nous avons choisi le format prédéfini par Apple dans le cadre de ce test.

Google Pixel 7 Pro (12,5 Mpx, f/1,85, ISO 50, 1/88 s)

iPhone 15

agrandir

La qualité du traitement opéré sur les images est probante. Comparé à l’un des ténors de la photographie mobile, le Pixel 7 Pro de Google, l’iPhone 15 fait mouche. La zone centrale de notre scène est ainsi d’égale qualité entre les deux smartphones. L’avantage pourrait d’ailleurs aller à l’iPhone 15 grâce à un surcroît d’exposition et des microcontrastes accentués. Dans les deux cas, la restitution des textures et petits éléments est au rendez-vous. On remarque toutefois que l’iPhone 15, qui mise pourtant sur des couleurs globalement naturelles, sature légèrement les tonalités rouges. Et en périphérie de l’image, le smartphone d’Apple satisfait, mais sans atteindre le niveau de netteté de son concurrent.

Google Pixel 7 Pro (12,5 Mpx, f/1,85, ISO 836, 1/24 s)

iPhone 15

agrandir

L’exercice est plus délicat en basse luminosité et l’écart se creuse entre les deux smartphones. Apple peaufine sa copie d’une année sur l’autre, mais force est de constater que le Pixel 7 Pro conserve l’avantage. L’image est davantage bruitée avec le mobile pommé, même si elle conserve à la fois un bon niveau de détail et une homogénéité louable au sein de l’image.

Zoom 2x

Apple vante la multiplication des focales sur ses derniers iPhone, modèles classiques et Pro confondus. L’iPhone 15 bénéficie donc d’un “zoom x2” qui correspond en réalité à l’exploitation de 12 Mpx dans l’image enregistrée à l’aide du capteur principal de 48 Mpx intégré au smartphone. Les équivalents 24 mm et 50 mm offrent-ils une qualité d’image équivalente ? Pas exactement. Avec le “zoom”, on repère plus de lissage, moins de contrastes et des teintes moins naturelles.

iPhone 15 (x2)

iPhone 15 (x1)

agrandir

Voyez vous-même pour comparaison les résultats obtenus avec ce zoom x2 en pleine lumière et en basse luminosité. S’ils ne sont pas parfaits, ils sont du moins exploitables.

iPhone 15 (x2, nuit)

iPhone 15 (x2, jour)

agrandir

Module ultra grand-angle : 12 Mpx, f/2,4, éq. 13 mm

L’ultra grand-angle est une autre paire de manches. Apple ne propose pas plus de pixel-binning que Google, mais maîtrise moins son sujet. Les détails sont moins riches, même lorsque la scène est lumineuse. Ceci étant, l’iPhone 15 compense en partie par une exposition plus flatteuse à l’œil.

Google Pixel 7 Pro (12 Mpx, f/2,2, ISO 58, 1/78 s)

iPhone 15

agrandir

En basse luminosité, difficile toutefois d’accorder le bénéfice du doute au smartphone d’Apple. L’image est brouillonne, constellée de bruit, et seul le centre est à peu près lisible, la périphérie de notre scène disparaissant dans l’ombre.

Google Pixel 7 Pro (12 Mpx, f/2,2, ISO 3954, 1/21 s)

iPhone 15

agrandir

Module frontal, mode portrait et vidéo

Apple a peu renouvelé son module photo frontal, qui s’appuie toujours sur un capteur de 12 Mpx complété par une optique f/1,9. Le mode portrait associé est toujours aussi performant et on apprécie l’apparition d’un mode nuit en façade — jusqu’alors réservé aux modules dorsaux. Côté vidéo (selfies), le smartphone permet de filmer jusqu’en 4K à 60 i/s, de même qu’il reste possible de filmer à la même définition avec son bloc dorsal. Le mode cinématique, qui simule la profondeur de champ en vidéo, était déjà proposé l’an dernier et reste disponible sur l’iPhone 15.

Source : https://www.lesnumeriques.com/telephone-portable/apple-iphone-15-p72085/test.html

Auteur :

Date de Publication : 2023-10-03 07:00:00

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

GoogleAds
Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

1 2 3 4 5 6 7 8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .