plongée au cœur du travail des démineurs

Obus, grenades, mines qui menacent d’exploser ou de polluer nos sols… Dans le documentaire “Démineurs, sur le front de la guerre”, Thomas Marie montre la lutte au quotidien des hommes et des femmes engagés sur le front de guerres d’un autre siècle.

Le dernier mort des deux guerres mondiales n’est pas encore né.

Souvenez-vous… Le 24 octobre 2017, un obus français de 75 mm fabriqué en 1941 avait explosé dans le sous-sol d’une maison à Orbec en Seine-Maritime. Un homme âgé d’une quarantaine d’années avait découvert l’obus en forêt et l’avait ramené chez lui. En le manipulant, l’engin avait explosé, le tuant sur le coup.

durée de la vidéo : 00h52mn49s

Une coproduction Mil Sabords et France Télévisions

©Un film de Thomas Marie

Selon les estimations des experts, il faudra encore 100 ans pour venir à bout des bombes larguées près de nos côtes pendant la seconde guerre mondiale.

Les récentes inondations en Belgique ont fait remonter des obus datant de la première guerre mondiale à la surface. Entre 2012 et 2018, les obus et autres armes anciennes de guerre ont fait 4 morts, 34 blessés et nécessité l’évacuation de plus de 57 000 personnes en France.

durée de la vidéo : 00h00mn55s

“Démineurs, sur le front de la guerre” de Thomas Marie
Une coproduction Mil Sabords et France Télévisions

©France 3 Normandie

Le documentaire “Démineurs, sur le front de la guerre” parle des plaies de la guerre. Du déminage permanent des obus, des grenades, des mines… c’est l’occasion de découvrir les hommes et les femmes qui luttent chaque jour à la sécurisation de notre territoire.

Et que dire de la pollution des sols engendrée par la première guerre mondiale ?

Ce film choral nous montre un présent miné par les soubresauts d’un passé que l’on croyait révolu.

Je me dis que tout ce qu’on fait, c’est du risque en moins pour les gens qui ne se rendent pas compte du danger.

Un démineur anonyme

“Démineurs, sur le front de la guerre” de Thomas Marie

“Il faut bien identifier les munitions, voir si elles sont transportables, ce que l’on peut faire avec, si on doit les détruire immédiatement ou trouver un terrain le plus près possible si la munition n’est pas transportable.”

durée de la vidéo : 00h02mn13s

Une coproduction Mil Sabords et France Télévisions

©Un film de Thomas Marie

Dans le film, un démineur anonyme raconte : “Le service de déminage a été créé dans le but de dépolluer la France au lendemain de la seconde guerre mondiale puisque environ 5% du territoire était miné. En deux ans, entre 1945 et 1947, treize millions de mines ont été neutralisées et détruites.”

Selon des chiffres du ministère de l’Intérieur datant de 2021, depuis 1945, 700 000 bombes d’aviation ont été désamorcées et 35 millions d’obus et engins divers ont été neutralisés ou détruits.

💥 1 300 kg équivalent TNT de munitions neutralisées en baie de Seine par 🇵🇱🇨🇦🇳🇱🇧🇪🇫🇷 dans le cadre de la mission Historical Ordnance Disposal de l’OTAN qui s’est déroulée en Manche-mer du Nord du 09 au 13 octobre 2023.
Retour en images ⬇️ https://t.co/j6LELontNN

— Préfecture maritime Manche et mer du Nord (@premarmanche) October 18, 2023

Le film suit aussi un groupe de plongeurs démineurs de la Marine nationale basé à Cherbourg. Cette unité a été créée en avril 1959 pour nettoyer les côtes souillées par les explosifs abandonnés lors de la deuxième guerre mondiale. Aujourd’hui, les missions restent les mêmes. Mais le matériel a beaucoup évolué.

Que faire quand on découvre des munitions ou des obus sur la plage ?

“Pour commencer, il ne faut pas toucher les engins parce qu’on ne sait jamais dans quel état ils sont, ils peuvent encore être amorcés” explique Ingrid Parrot, lieutenant de vaisseau en charge de la communication de la préfecture maritime Manche – Mer du Nord. “Souvent, il y a encore de l’explosif à l’intérieur, donc il ne faut pas y toucher. Par contre, il faut relever les coordonnées GPS avec son téléphone. Et si on peut, prendre une photo avec si possible un objet à côté ou une pièce, pour avoir un ordre de grandeur. Quand le groupement de plongeurs-démineurs la reçoit, il peut l’analyser tout de suite.”

Il ne faut surtout pas déplacer un engin explosif et encore moins l’emporter chez soi.

Article écrit avec L.A.

“Démineurs, sur le front de la guerre”, de Thomas Marie. Une coproduction Mil Sabords et France Télévisions. Diffusion ce jeudi 23 novembre à 22h50 sur France 3 Normandie.

Rediffusion le lundi 4 décembre à 9h10. Et bien sûr, à (re)voir pendant un mois en replay.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/rouen/video-pour-nous-les-guerres-ne-sont-jamais-finies-plongee-au-c-ur-du-travail-des-demineurs-2875931.html

Auteur :

Date de Publication : 2023-11-22 17:25:01

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

plongée au cœur du travail des démineurs - plongée au cœur du travail des démineurs * plongée au cœur du travail des démineurs | plongée au cœur du travail des démineurs | plongée au cœur du travail des démineurs | plongée au cœur du travail des démineurs | | plongée au cœur du travail des démineurs | | plongée au cœur du travail des démineurs | plongée au cœur du travail des démineurs