On a testé… le Google Pixel 8 Pro

Le prix n’étant plus de son côté, le dernier Pixel dit Pro mérite-t-il toujours une facturation phare ?

Le dernier Pixel Pro de Google possédait certains des appareils photo les plus performants que l’on puisse trouver sur un smartphone phare. Rien d’Apple, de Samsung ou de qui que ce soit d’autre n’a réussi à le remplacer – et pourtant, en acheter un a laissé une entaille plus petite dans votre portefeuille que n’importe lequel de ses concurrents les plus proches. Mais les choses sont différentes cette année.
L’iPhone 15 Pro Max et le Galaxy S23 Ultra ont amélioré leur jeu avec des zooms intelligents et un nombre énorme de pixels ; Google, quant à lui, semble se concentrer davantage sur l’édition assistée par l’IA. Une hausse des prix a également poussé le Pixel 8 Pro fermement en territoire premium.
Mais ce ne sont pas que de mauvaises nouvelles. Le matériel de l’appareil photo a fait un petit pas en avant par rapport à l’année dernière et une nouvelle génération de processeurs vise à éviter les problèmes d’autonomie de la batterie et de température qui troublaient son prédécesseur. Le style a été sérieusement rationalisé et l’écran est plus lumineux que jamais. Ajoutez la dernière version d’Android et vous obtenez tout à fait le nouveau héros de la gamme Pixel. Est-ce suffisant pour battre ses grands rivaux ?

Design & finition : très flatteur

Il s’agit là du téléphone Pixel le plus beau et le plus agréable à ce jour, avec des coins arrondis plus visibles. Bien sûr, la barre de la caméra ressemble toujours à la visière d’un Cylon, mais la nouvelle finition mate signifie que la vitre arrière n’est plus un aimant pour empreintes digitales désordonnées. Le tout semble plus soigné et plus pratique.

Le changement le plus important est le passage à un écran plat au lieu de la dalle à bords incurvés du Pixel 7 Pro. Heureux que le monde du téléphone semble en avoir fini avec cette mode particulière ; Les combinés en verre incurvé avaient l’air cool, mais captaient la lumière de manière distrayante et avaient des problèmes de détection si vous les teniez mal. Cela ne devrait pas poser de problème ici, avec le Gorilla Glass Victus 2 de Corning résistant aux rayures à l’avant et à l’arrière. Le tout est également résistant à la poussière et à l’eau IP68, et peut donc survivre à une immersion accidentelle.

Notre modèle de test My Bay blue attirait tous les regards, avec un cadre poli fabriqué à partir d’aluminium 100 % recyclé. L’histoire a prouvé que les acheteurs de téléphones sont ennuyeux, alors attendez-vous à voir beaucoup plus de versions en obsidienne (noir) et en porcelaine (crème) dans la nature. Le capteur d’empreintes digitales intégré à l’écran est suffisamment rapide; mais maintenant que le déverrouillage du visage est suffisamment sécurisé pour les applications bancaires, on constate qu’on l’utilise beaucoup moins souvent pendant la journée. Il reconnaît rapidement un visage et peut ignorer l’écran de verrouillage sans toucher l’écran après avoir modifié un paramètre dans les menus de sécurité.
Le nouveau capteur de température intégré à la barre de caméra semble moins utile ; les lectures semblent assez cohérentes si vous gardez le téléphone à moins de 5 cm de l’objet que vous mesurez. Cela avait probablement du sens pendant la phase de conception du téléphone à l’ère Covid, mais sans approbation médicale pour vérifier la température corporelle, cela disparaîtra plus rapidement que le radar Soli ou la fonction Active Edge « presser pour l’assistant Google ».

Écran et son : plus que brillant

En abandonnant le verre incurvé, les cadres d’écran du Pixel 8 Pro sont indéniablement plus visibles que ceux de leur prédécesseur – mais pas plus que n’importe quel iPhone. Les quatre côtés ont la même épaisseur et disparaissent rapidement à l’arrière-plan une fois que le panneau AMOLED de 6,7 pouces prend vie. Il offre un contraste absolument épique, des couleurs merveilleusement éclatantes et des noirs parfaits qui rendent le contenu HDR vraiment éblouissant. Le taux de rafraîchissement adaptatif de 1 à 120 Hz garantit un défilement fluide des menus, sans réduire la durée de vie de la batterie lors de l’affichage de contenu statique ; il n’y a aucun moyen de le forcer tout le temps, mais il est assez rapide pour réagir à un mouvement qui n’a jamais semblé être un problème.

Il faudrait une loupe pour savoir que cette dalle contient en réalité moins de pixels que celle du Pixel 7 Pro – 2992 × 1344 à 3120 × 1440 – car tout semble net. La résolution par défaut est inférieure, ce qui permet de contrôler la consommation d’énergie sans vraiment affecter la qualité de l’image. Les angles de vision sont également excellents. Cependant, c’est dans la luminosité que le Pixel 8 Pro impressionne vraiment. Google revendique un pic de 2 400 nits en mode haute luminosité (HBM), ce qui est actuellement le meilleur dans le monde de la téléphonie. Cela signifiait essentiellement que l’on peut voir parfaitement l’écran dehors, en plein soleil, sans avoir à enlever ses lunettes de soleil.
Excellentes notes également pour les haut-parleurs stéréo. Le haut-parleur principal orienté vers le bas gère en fait une certaine présence des basses, et le haut-parleur de l’écouteur évite de paraître strident lorsque vous augmentez le volume au maximum. Sans casque ni dongle 3,5 mm inclus dans la boîte, ce sera Bluetooth pour toute écoute personnelle.

Caméras : Belles performances IA

À première vue, le Pixel 8 Pro n’a constaté que des changements mineurs dans la configuration de sa caméra. La plus grande mise à niveau concerne le capteur ultra-large, qui conserve le même champ de vision étendu de 125 degrés que le Pixel 7 Pro, mais remplace le capteur 12 MP de ce téléphone par un 48 MP. Son nombre de pixels est désormais comparable à celui du téléobjectif, qui reste bon pour un zoom optique 5x avant que les algorithmes Super Res de Google n’interviennent. La caméra principale est dotée d’un capteur 50 MP.

Il est important de noter que les trois objectifs ont des ouvertures plus grandes que l’année dernière, ce qui devrait faire une grande différence en basse lumière. La mise au point macro peut désormais également se rapprocher jusqu’à 2 cm de votre sujet. On apprécie le retour de la mise au point automatique à la caméra frontale – la fonctionnalité était MIA depuis plusieurs générations de Pixel. La perspective de commandes professionnelles pour la vitesse d’obturation, l’ISO et la mise au point manuelle me semble beaucoup plus attrayante, tout comme la possibilité de prendre des photos en pleine résolution de 50 MP.

C’est dans l’édition que Google fait le plus de bruit cette année. Il existe un mélange d’outils sur l’appareil et basés sur le Web, pour les photos et les vidéos, bien que certains n’arriveront qu’avec une version ultérieure de Pixel Feature Drop. Cela inclut Video Boost, qui prend des images filmées en RAW et les traite dans le cloud pour en extraire plus de détails et des couleurs plus vibrantes, ainsi que le « Zoom Enhance » de type Blade Runner.
Nous avons pu tester Best Take, qui peut être terriblement efficace pour sauver des photos de groupe. Il analyse votre pellicule pour rechercher des visages correspondants, puis vous permet d’échanger la tête de chaque personne pour créer une photo composite plus agréable visuellement où personne ne cligne des yeux et où tout le monde regarde directement la caméra. Audio Eraser, quant à lui, supprime les bruits de fond tels que les foules ou les chiens qui aboient de vos vidéos avec un succès variable.

Enfin, Magic Editor est la prochaine évolution de Magic Eraser. Il vous permet d’appuyer pour sélectionner un objet, puis de le faire glisser n’importe où ailleurs dans la photo ; l’apprentissage automatique fait le gros du travail et les résultats peuvent être plus que suffisamment convaincants pour les médias sociaux. Des compositions plus complexes peuvent le faire trébucher, mais il s’agit d’un effort impressionnant de première génération. L’une des paires ci-dessous a été éditée en 20 secondes environ – selon vous, laquelle est l’original ?

Mis à part les astuces d’édition basées sur l’IA, il est clair que Google n’allait pas abandonner sa couronne de photographie sur téléphone sans se battre. Le Pixel 8 Pro prend de superbes photos sous un bon éclairage, avec des couleurs naturelles, une exposition parfaitement jugée et beaucoup de contraste. Les détails sont exceptionnels sur toute la plage de zoom et les trois capteurs ont une grande cohérence. La plage dynamique est parfois vraiment impressionnante, avec des reflets blancs et des ombres profondes dans le même plan, et des franges ou des éruptions minimes provenant d’un ciel lumineux.

Ultra HDR, une nouvelle norme d’image qui intègre les données de carte de gain HDR dans de vieux fichiers JPEG classiques, signifie que vos clichés sont spectaculaires sur l’écran du Pixel 8 Pro. Les hautes lumières apparaissent désormais correctement, mais pas au détriment des détails des ombres.

Il y a peut-être un peu plus de netteté sur les prises de vue 2x, qui reposent sur le recadrage du capteur, que sur les autres longueurs de zoom – mais pas de beaucoup. Le téléobjectif offre de fantastiques photos 5x, et Super Res peut combler les lacunes bien plus loin que cela. Seul Apple lui offre désormais une concurrence en termes de clarté longue distance, avec moins d’artefacts numériques et de bruit d’image que ce que les meilleurs de Samsung peuvent gérer. Le bruit et la netteté sont bien maîtrisés partout ailleurs. L’objectif ultra-large offre une correction très efficace de la distorsion en barillet et les modes de prise de vue assistés par logiciel tels que Action Pan sont toujours aussi efficaces.

Les photos avec mise au point macro peuvent désormais être prises encore plus près de votre sujet, ce qui contribue à accentuer le flou bokeh en dehors de la fenêtre de mise au point étroite. Nous avons obtenu des photos merveilleusement claires et détaillées avec très peu d’effort, et elles résistent brillamment lorsque l’on regarde les pixels.

Les performances en basse lumière restent une spécialité de Google. Le capteur principal produit les meilleurs résultats, ce qui n’est pas surprenant étant donné qu’il possède la plus grande ouverture des trois objectifs, mais tous ont augmenté par rapport au Pixel 7 Pro de l’année dernière. Le Pixel 8 Pro prend ainsi des clichés plus propres et plus détaillés. Night Sight est utile dans les environnements les plus sombres et nécessite moins de temps pour prendre une photo par rapport aux pixels précédents. L’ultra-large est l’objectif le moins performant des trois, mais pas de loin.
Les couleurs sont convaincantes, le bruit est maîtrisé et le niveau de détail présenté est excellent. Apple et Samsung restent les concurrents les plus proches ici, avec des smartphones à capteur 1 pouce se rapprochant grâce à la force brute matérielle. Seuls les sujets éloignés dotés de sources lumineuses petites mais brillantes constituent un défi majeur. Les selfies de la caméra frontale étaient tout aussi impressionnants, avec de nombreux détails fins préservés, ce qui signifie qu’il n’y a nulle part où se cacher si vous avez l’air fatigué ou en sueur après une longue marche.

Les couleurs étaient aussi bien jugées que celles des caméras arrière, avec peut-être un peu moins de plage dynamique. L’autofocus s’est avéré très efficace et l’ouverture est suffisamment large pour créer un petit flou de profondeur sur les arrière-plans, avant même d’accéder au mode Portrait. Le Pixel 8 Pro peut enregistrer des vidéos 4K en HDR 10 bits à 30 im/s ou avec une plage dynamique standard à 60 im/s. Les meilleurs paramètres de stabilisation sont réservés au 1080p, toujours à 30 im/s. C’est un domaine pour lequel Apple continue de proposer des paramètres plus axés sur les créateurs, mais j’aime les modes comme le plan cinématique pour ajouter une touche supplémentaire à vos images.

Expérience logicielle : objectif fonctionnalités

Non seulement le Pixel 8 Pro est le premier téléphone à être lancé avec Android 14 prêt à l’emploi, mais il a également bénéficié de quelques avantages supplémentaires que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Cela inclut de laisser Google Assistant gérer les appels téléphoniques entrants comme un secrétaire personnel, ou de lui faire résumer et traduire des pages Web à la volée. Malheureusement, ceux-ci dépendent des pays, je n’ai donc pas pu les voir en action.

Nous nous sommes bien amusés avec les nouveaux fonds d’écran créés par l’IA. Vous choisissez un thème général, tel que l’imaginaire, la texture ou le terrain, puis modifiez une invite de texte avec différentes variables choisies dans une liste. Nous avons ainsi troqué « Une peinture d’une montagne et des vaisseaux spatiaux dans le style réaliste du 19ème siècle » contre « une peinture d’une falaise et des parachutes dans le style des aquarelles », et une nouvelle image a été générée en quelques secondes seulement. Les résultats varient de convaincants à flous en passant par carrément effrayants, et on se demandera si le modèle a été formé sur du matériel protégé par le droit d’auteur, mais c’est un bon moyen d’introduire l’IA générative auprès du grand public.

Sinon, le Pixel 8 Pro utilise la même version d’Android optimisée par Google que je connais, réduisant au minimum les ballonnements préinstallés et offrant de nombreuses options de personnalisation Material You. Pouvoir personnaliser l’horloge de votre écran de verrouillage est un ajout intéressant, mais iOS va encore plus loin. La conception cohérente des widgets d’Apple a également une longueur d’avance sur l’approche plus dispersée d’Android.

Cependant, Google dépasse Apple en matière de support logiciel. La série Pixel 8 a promis sept ans de versions Android et de mises à jour de sécurité, soit un an de plus que ce pour quoi la plupart des iPhones ont tendance à être pris en charge. Cela met également pratiquement tous les autres fabricants de téléphones Android dans l’ombre. Cela est de bon augure si vous prévoyez de conserver votre prochain souffleur pendant la majeure partie d’une décennie.

Performances et autonomie : ressentez la chaleur

Les téléphones Pixel précédents nous ont appris que les processeurs Tensor de Google aiment chauffer. Le Pixel Fold était le pire contrevenant, devenant souvent chaud au toucher après très peu d’utilisation, mais les générations Pixel 7 et Pixel 6 ont également souffert. La nouvelle puce Tensor G3 du Pixel 8 Pro vise à éviter la limitation thermique avec une conception 4 nm plus efficace et une disposition 1+4+4 cœurs.

Les mauvaises nouvelles? Les tests de référence répétés lui donnent toujours des bleus et il se réchauffe assez rapidement pendant le jeu. Les performances quotidiennes semblent cependant plus cohérentes désormais. Il semble aussi vif que ce à quoi je m’attendrais d’un téléphone haut de gamme, avec des applications qui s’ouvrent rapidement et sans bégaiement ni ralentissement lors du multitâche. 12 Go de RAM aident avec ce dernier. Il lui manque cependant la puissance des téléphones équipés du silicium Snapdragon 8 Gen 2. Les jeux étaient en grande partie réglés par défaut sur des paramètres moyens, mais des titres difficiles comme Diablo Immortal étaient toujours joués de manière cohérente une fois que j’avais augmenté les détails d’un cran ou deux.

Google est un peu avare en proposant une option de stockage de base de 128 Go ; la plupart des alternatives Android haut de gamme commencent avec 256 Go, et ce n’est pas comme si la plus petite capacité avait maintenu le prix bas. Cela dit, Apple est également coupable de cela. L’autonomie de la batterie est largement à la hauteur de l’affirmation habituelle de Google « toute la journée », à condition que je joue doucement et que je ne passe pas tout mon temps à filmer des vidéos 4K HDR. Cela n’est pas comparable aux produits phares les plus durables, mais je n’ai pas tellement besoin de garder une banque d’alimentation à proximité. La plupart des gens passeront confortablement 24 heures sans avoir besoin de se brancher. Les vitesses de chargement filaire sont plutôt piétonnes par rapport aux meilleurs efforts de OnePlus et Xiaomi, et le Pixel 8 Pro atterrit un peu trop tôt pour obtenir une charge magnétique sans fil Qi 2, mais ce sera le cas. jouez au moins bien avec les chargeurs Qi de 1ère génération.

Verdict du Google Pixel 8 Pro

Avec un design qui a mûri comme un bon vin, un écran tout simplement époustouflant et certains des appareils photo les plus performants que vous trouverez sur un téléphone, le Pixel 8 Pro semble enfin mériter ce label « Pro ». Même si cela se fait au détriment du Pixel 8, plus petit et moins cher. Un support logiciel étendu signifie qu’il pourrait gagner une place dans votre poche pendant des années – mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de domaines dans lesquels les concurrents font mieux les choses.

Les performances, l’autonomie de la batterie et les vitesses de chargement sont plus bonnes qu’excellentes, et le recours croissant à l’IA générative divisera certainement les opinions. Le capteur de température ressemble également à un feu de paille.

Les précédents Pro Pixels avaient bien sûr leurs points sensibles. Et ils avaient aussi le prix de leur côté. Le Pixel 8 Pro se compare toujours favorablement en termes de prix à l’iPhone 15 Pro Max et au Galaxy S23 Ultra, mais pas de beaucoup. Cela signifie que vous devez être davantage un inconditionnel de Google pour choisir cela parmi les alternatives très performantes. Vous serez très satisfait de votre achat si vous vous laissez tenter.

Source : https://stuffmagazine.fr/2023/12/04/on-a-teste-le-google-pixel-8-pro/

Auteur :

Date de Publication : 2023-12-04 13:38:14

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

On a testé… le Google Pixel 8 Pro - On a testé… le Google Pixel 8 Pro * On a testé… le Google Pixel 8 Pro | On a testé… le Google Pixel 8 Pro | On a testé… le Google Pixel 8 Pro | On a testé… le Google Pixel 8 Pro | | On a testé… le Google Pixel 8 Pro | | On a testé… le Google Pixel 8 Pro | On a testé… le Google Pixel 8 Pro