Le Soleil de Châteauguay | VIDÉO

GoogleAds

Des milliers d’enfants reprennent le chemin de l’école dans la région cette semaine. Deux-cent-quatre-vingt-quatre d’entre eux porteront un sac à dos rempli d’effets scolaires payé et préparé par des «lutins» qui a travaillé fort dans leur «atelier» à Châteauguay et Mercier pendant les vacances d’été. Ce, pour aider des familles moins nanties à commencer l’année scolaire du bon pied.

Lorsque le Journal déambule au magasin Bureau en gros de Châteauguay un jour du mois d’août, ça grouille dans les allées. Des parents ont les yeux rivés sur la liste scolaire de leur enfant, alors que des employés tentent d’aider les clients à trouver ce dont ils ont besoin.

Dans les rangées, on retrouve aussi Carole Canuel, bénévole chez Entraide Mercier qui cherche des items pour compléter les listes des enfants qui recevront un sac d’école complet personnalisé via le programme Bien équipé pour la rentrée. «Quand je vois un parent qui magasine pour un enfant ou deux, je me dis : nous autres on magasine pour 250!» rigole-t-elle avant d’intercepter Yves Taillon, directeur du magasin, pour lui demander de l’aide concernant la description d’un item pas tout à fait clair sur une liste. 

(Photo : Le Soleil – Denis Germain)

Une demande en progression

M. Taillon s’est joint il y a cinq ans à l’initiative de l’organisme Entraide Mercier pour la préparation des sacs d’école. Démarré à petite échelle en 2017 dans le sous-sol de la directrice de l’organisme Anik Sauvé, le projet a pris de l’ampleur au fil des ans. «Les premières années, 40 enfants ça se gérait, 80 enfants ça se gérait, mais rendu là on est à plus de 250», relate-t-elle.

Anik Sauvé et Linh Nguyen d’Entraide Mercier. (Photo : Le Soleil – Denis Germain) 

Le directeur du magasin consacre de nombreuses heures à cette cause en cette période achalandée pour lui. «Honnêtement, techniquement, je n’ai pas le temps de faire ça. La rentrée c’est comme notre boxing day, mais nous, ça dure 21 jours!» illustre Yves Taillon. Il passe tout de même plusieurs de ses journées de congé à vérifier les listes scolaires pour s’assurer que tout y est avant que le matériel soit remis à l’enfant. «On ne veut pas qu’il manque de trucs parce qu’on sait que les parents n’auront pas l’argent pour les acheter en cours d’année», explique-t-il.

Du travail tout l’été

Le travail commence au début de l’été avec l’organisme La Rencontre Châteauguoise, qui est chargé d’inscrire les enfants au programme. «Nous sommes la porte d’entrée pour les familles», explique la directrice générale de la Rencontre Châteauguoise Josée Foucault. Deux employées y travaillent pratiquement à temps plein tout l’été, mentionne-t-elle. Pour être admissibles au programme, les familles doivent fournir certains documents qui prouvent le seuil de revenu admissible. L’organisme fait beaucoup de coordination. «Ça nous permet aussi de faire une évaluation des besoins des familles. Peut-être que s’ils ont besoin d’aide pour le matériel scolaire, ils ont aussi d’autres besoins auxquels on peut aider», souligne-t-elle.

C’est par la suite que les listes scolaires sont envoyées à Entraide Mercier qui fait le magasinage au Bureau en gros de Châteauguay.

D’ailleurs, un espace est consacré à la préparation des listes dans l’entrepôt du magasin pour les bénévoles d’Entraide Mercier. Des employés du magasin aident aussi. Les caisses Desjardins de la région financent le programme depuis plusieurs années pour l’achat du matériel. Le magasin applique un rabais supplémentaire sur les effets destinés aux enfants soutenus par Entraide Mercier.

Il est important pour la directrice de l’organisme qui opère également une friperie que ces enfants aient accès à du matériel neuf. «Je suis le premier apôtre du réemploi, mais dans le contexte de vulnérabilité, je pense que c’est le fun qu’ils aient du neuf. Ils ont souvent de la seconde main», mentionne Anik Sauvé.

D’ailleurs, lorsque les parents vont récupérer la liste d’effets préparée pour leur enfant, ils peuvent choisir un item, soit un sac à dos, une boite à lunch ou un thermos parmi une sélection proposée. «Quand on est démuni, la première chose qu’on perd c’est la capacité de choisir», rappelle Mme Sauvé.

En collaboration avec les Librairies Boyer, les manuels scolaires sont également préparés pour les sacs à dos pour chacun des élèves.

Un stress de moins pour la rentrée

Alléger le stress financier lié à la rentrée scolaire peut faire une grande différence dans la persévérance scolaire, selon Anik Sauvé. «Ce qu’on veut, c’est que l’enfant ait un a priori favorable à l’école, une perception positive de l’école, explique-t-elle. Si l’année scolaire commence et le parent est super stressé parce qu’il n’arrive pas à faire les emplettes scolaires, veut, veut pas ce stress-là négatif se transmet aux enfants.»

La directrice de la Rencontre Châteauguoise abonde dans le même sens. Cette précieux coup de main diminue aussi la peur des parents que leur enfant «soit étiqueté» en raison du revenu familial. « Ça favorise l’inclusion sociale et ça diminue l’anxiété des parents», mentionne Mme Foucault. Il s’agit d’un des éléments qui est ressorti souvent du sondage maison effectué auprès des familles ayant participé au programme l’an dernier.

Source : https://www.cybersoleil.com/video-284-sacs-decole-remplis-pour-une-rentree-allegee/

Auteur :

Date de Publication : 2023-08-30 14:01:18

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

GoogleAds
Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

1 2 3 4 5 6 7 8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .