La bonne affaire de fin d’année 2023 ?

GoogleAds

Sorti en même temps que son grand frère 13T Pro, le Xiaomi 13T reprend la quasi-totalité de ses caractéristiques. Commercialisé à un tarif très agressif, ce smartphone semble représenter le bon plan de cette fin d’année. Passons-le à la question.

Que l’on soit geek ou utilisateur lambda, on a tous envie d’avoir un meilleur téléphone sans avoir à vendre un rein pour se faire plaisir. Dans une atmosphère morose marquée par la hausse des coûts de la vie, il existe cependant des lueurs d’espoir. Certains constructeurs n’augmentent pas leur tarif malgré l’inflation. Certains fabricants proposent des produits avec un bon rapport qualité-prix. Certains opérateurs ou marchands pratiquent des opérations promotionnelles ciblées.

Lire aussi – Test Google Pixel 8 : vous reprendrez bien un peu d’IA ?

Xiaomi cumule en cette fin d’année les lauriers. Au lieu d’augmenter ses tarifs comme l’immense majorité de ses concurrents, il les baisse ! C’est le cas notamment avec le Xiaomi 13T. Y aurait-il anguille sous roche ? Ce téléphone Android serait-il un vieux tromblon maquillé comme une voiture volée ? Le Xiaomi 13T Pro nous avait déjà emballés pour ses prestations à prix serré. Le « petit » frère 13T pourrait-il égaliser un téléphone muni de composants premium ? Ou s’en approcher ? La réponse est ici.

Fiche technique du Xiaomi 13 T

Xiaomi 13T

EcranAMOLED FHD+ (2712×1220) 6,67’’ 144 Hz

ProcesseurSoC : MediaTek Dimensity 8200 Ultra

RAMRAM : 8 Go

StockageROM : 256 Go

BatterieBatterie 5000 mAh (type)
Chargeur HyperCharge 120 W (inclus)

Photoprincipal de 50 MP OIS, f/1.9
téléobjectif : 50 MP, f/1.9
ultra-grand-angle : 12 MP, f/2.2

SelfieAppareil photo Selfie de 20 MP, f/2.2

BiométrieReconnaissance faciale
Capteur d’empreintes intégré à l’écran

Certification pour la résistance à l’eauIP68

OSAndroid 13 + MIUI 14

Dimensions162 ,2 × 75,7 × 8,49 mm

Poids197 g (vert et noir) / 193 g (bleu)

5G2 x nano SIM, eSIM
4G + 5G
WiFi 6
Bluetooth 5.4
NFC

microSDNon

Dans la boiteChargeur 67 W
Cable USB Type-C vers USB
Film de protection d’écran (appliqué)

Prix et disponibilité

Comme tout acheteur potentiel, le prix d’un smartphone est à mettre en balance avec les performances et autres caractéristiques du téléphone. Les prix varient beaucoup entre le prix public officiel, les promotions de lancement, les offres opérateur ou encore les prix du marché internet. Avec le Xiaomi 13T, c’est encore plus nébuleux… mais aussi plus intéressant.

Comme son grand frère Pro, le Xiaomi 13T est déjà en vente. Son prix « officiel » est de 649,90 euros… sauf que le constructeur le brade déjà à 499,90 euros ! Soit plus de 23% (200 €) de réduction immédiate, sans code de réduction à renvoyer. 499,90 euros, tout de suite, maintenant ! Et encore, c’est le prix « facial » car, le téléphone bénéficiera régulièrement de réductions. Phonandroid se faisait par exemple l’écho d’une offre coup de poing chez Boulanger. Le distributeur proposait alors le Xiaomi 13T pour 449,90 euros, sans compter l’offre de reprise pour un téléphone usagé.

Sans divulgâcher l’analyse de ce test, c’est un tarif d’entrée de gamme pour un smartphone presque premium ! Un rapport qualité-prix étonnant si l’on s’en tient aux spécifications techniques. Alors, à quoi comparer le Xiaomi 13T dans ces conditions ? Question difficile. D’après ses caractéristiques techniques et son tarif « officiel » de 649 euros, il faudrait le mettre en face d’un Nothing Phone (2) ou d’un Samsung Galaxy A54. Toutefois, en prenant en compte les offres spéciales de fin d’année (Black Friday notamment) avec reprise d’un ancien téléphone, le smartphone serait en concurrence avec un Sony Xperia 10 V ou Pixel 7a.

Design

Geeks et lecteurs de Phonandroid, vous appréciez déjà le look du 13T Pro, le Xiaomi 13T en est le clone quasi parfait : même apparence et même dimensions ! On note toutefois que ce modèle plus léger en termes de fiche technique est également plus léger sur la balance. Il ne pèse que 197 grammes pour la version verte ou noire avec sa face arrière en verre, soit 9 grammes de moins que la version Pro. La version bleue en « cuir végétal » BioComfort (aka polyuréthane, aka plastique mou) n’affiche que 193 grammes, soit 7 grammes de moins que la version Pro. Cette génération de T est aussi plus légère (moins 5 grammes) et compacte que la précédente.

Si vous ne connaissez pas son grand frère, voici quelques informations pour vous esquisser une représentation mentale. Contrairement au 12T, le Xiaomi 13T possède des bords droits, légèrement incurvés vers le dos. À l’arrière justement, le module photo n’essaye plus de disparaitre dans la coque. Bien au contraire, un carré quasi parfait s’en détache visuellement (zone noire) et géométriquement (3 mm d’épaisseur). Résultat, il « rappe » sur les tables et autres surfaces. Un très mince anneau métallique vient heureusement protéger les objectifs contre les rayures du quotidien. Pour plus de sécurité, il est préférable d’utiliser la coque transparente contenue dans la boite.

Au-delà de l’esthétique plus affirmée de cette ligne 13T, ce modèle revendique un réel atout par rapport à son prédécesseur : la certification IP68. Ce smartphone n’a donc plus peur de la poussière ou de l’eau. On peut l’utiliser pour faire quelques longueurs en crawl puisqu’il résiste à une immersion dans l’eau jusqu’à 1 m de profondeur pendant 30 minutes.

Écran

Sur un smartphone commercialisé à moins de 500 euros à son lancement, on pourrait s’attendre à retrouver une dalle bas de gamme pour réduire les coûts. Pas du tout ! Le Xiaomi 13T surprend aussi sur ce plan. C’est tout simplement la même dalle que le 13T Pro : même taille d’écran (6,67 pouces), même définition (FHD+, soit 1220 x 2712 pixels)… Et comme l’écran du 13T Pro, on se rapproche plus d’un Xiaomi 13 Ultra que d’un 12T Pro ou même un 13 Pro.

Pour les amateurs de photo et de couleurs réalistes, Xiaomi arbore un bel écran AMOLED. Cette technologie est gage d’infinies nuances et des contrastes impressionnants. Par défaut, la colorimétrie, « schéma de couleur » dans les Paramètres, est réglée sur Intense pour vivifier les couleurs. Mais en allant dans Paramètres avancés, on peut bénéficier d’un affichage TrueColor en optant pour le mode Original, avec un Delta E moyen de 0,66 environ et un contraste de 5 000 000 :1. Il existe également un réglage DCI-P3 ou sRGB. En somme, c’est vraiment le copier/coller des options proposées sur le Xiaomi 13T Pro.

Question luminosité, le Xiaomi 13 T Pro n’a rien à envier à son grand frère 13T. Le constructeur assure une luminosité standard de 500 nits pouvant ponctuellement grimper à 900 nits, en plein soleil par exemple.

A défaut d’être très lumineux, l’écran est très réactif puisqu’il peut atteindre les 144 Hz. Pour rappel, un Galaxy A54 ou Nothing Phone (2) plafonne à 120 Hz. Cette différence est utile essentiellement pour les joueurs (et encore). Par défaut, le rafraichissement est dynamique et peut donc passer de 60 Hz à 144 Hz en fonction du contenu affiché.

Interface et connectivité

Sans surprise, le Xiaomi 13T est propulsé par Android13, aussi connu sous le nom de code Tiramisu. Ce n’est pas la dernière mouture du système d’exploitation mobile Google, mais la mise à jour vers Android 14 ne devrait pas tarder. La présentation officielle ne date en effet que du 4 octobre 2023. Contrairement aux Google Pixel, Xiaomi doit modifier sa surcouche logicielle MIUI pour la rendre opérationnelle avec l’OS Google.

Par ailleurs, rappelons que Xiaomi se hisse au niveau des smartphones Google et Samsung. Le constructeur assure des mises à jour Android pendant 4 ans et jusqu’à 5 ans de correctifs de sécurité sur ses smartphones haut de gamme à partir du Xiaomi 13T. Ainsi, le fabricant nous rappelle que ce modèle est bien un téléphone premium même si son tarif le placerait sur le milieu de gamme, voir l’entrée de gamme quand le téléphone fait l’objet de promotion.

Ce smartphone n’est pas en reste sur le plan de la connectivité. Comme les 12T, 13T Pro ou 13 Ultra, le Xiaomi 13T est compatible 5G. Cependant, à la différence du 13T Pro, il faudra se contenter du WiFI 6. Pour les communications à faible distance, le Xiaomi 13T se rapproche à nouveau de son grand frère, le 13T Pro, avec la prise en charge du NFC et du Bluetooth 5.4.

Audio

En matière d’expérience auditive, le Xiaomi 13T est bien doté. Dans MIUI 14, un égaliseur graphique propose huit profils sonores prédéfinis et un profil supplémentaire à personnaliser. Le constructeur chinois inclut également dans son smartphone la compatibilité Dolby Atmos. Cette technologie traite et amplifie le son (musiques, vidéos comme jeux vidéo) pour créer un environnement plus immersif.

Grâce à un véritable haut-parleur à son sommet et un autre, plus vigoureux, à droite du port USB type C, le son est puissant. Il semble même meilleur à haut volume que celui du 13T Pro. Les plus mélomanes trouveront quelques distorsions dans les aigus à 100% de volume, mais le 13T peut se passer d’enceinte Bluetooth. La dynamique sonore est correcte. Les graves et l’enveloppe sonore semblent même plus présents que sur le 13T Pro.

Si son tarif est actuellement bas à l’heure où nous écrivons ces lignes, l’absence de prise jack indique que ce smartphone ne joue pas dans la cour des entrée de gamme. Lorsqu’on utilise des écouteurs Bluetooth, la qualité audio reste agréable. Le Xiaomi 13T Pro prend en charge les codecs SBC et AAC, aptX, aptX HD, aptX Adaptative, aptX TWS+, ainsi que LHDC (jusqu’en V5) et LDAC. On peut ainsi profiter d’un son haute définition.

Performances

Le SoC (System on chip) est toujours intéressant à étudier, pour comparer la puissance et plus généralement le comportement d’un smartphone par rapport à une autre. Ici, c’est encore plus pertinent puisque c’est le seul composant électronique différenciant en comparaison du 13T Pro. Le Xiaomi 13T est en effet animé par un Mediatek Dimensity 8200 Ultra, alors que le grand frère dissimule un MediaTek Dimensity 9200+.

Xiaomi 13T avec coque transparente (fournie)

Signalons par ailleurs, que ce Xiaomi n’existe qu’avec une seule version : 8 Go de RAM et 256 Go de stockage. Pour disposer de plus de mémoire vive ou d’espace libre (pour les photos et vidéo notamment), il faut jeter son dévolu sur son grand frère, le 13T Pro. Comme souvent chez Xiaomi, l’utilisateur peut récupérer de la mémoire virtuelle sur l’espace de stockage (plus lente). Par défaut, le 13T préempte 4 Go, mais l’utilisateur peut monter à 8 Go, pour atteindre les 16 Go de RAM totale.

Xiaomi 12TXiaomi 13TXiaomi 13T Pro

SoCMediaTek Dimensity 8100 UltraMediaTek Dimensity 8200 UltraMediaTek Dimensity 9200+

Gravure5 nm4 nm4 nm

CPU4 x cœur A78 2,85 GHz
4 cœurs A55 2 GHz1 Cortex A78, jusqu’à 3,1 GHz
3 Cortex A78, jusqu’à 3 GHz
4 Cortex A55, jusqu’à 2 GHz1 Cortex X3, jusqu’à 3,35 GHz
3 Cortex A715, jusqu’à 3 GHz
4 Cortex A510, jusqu’à 2 GHz

GPUMali-G610 MC6Mali-G610Arm Immortalis G715

RAM8 Go LPDDR58 Go LPDDR512/16 Go LPDDR5X

Stockage UFS 3.1UFS 4.0UFS 4.0

En regardant ce tableau, on devine que le MediaTek Dimensity 8200 Ultra du Xiaomi 13T est beaucoup plus puissant que le SoC de la génération antérieure. C’est toujours un octo-cœur mais, avec des Cortex palpitants beaucoup plus rapidement, tout en offrant un meilleur ratio puissance/chaleur grâce à une gravure plus fine. Les spécifications du Dimensity 8200 Ultra du 13T se rapprochent donc de celles du Dimensity 9200+ du 13T Pro, sauf sur la partie graphique (GPU). Le GPU du Xiaomi 13T ne change pas par rapport au 12T et s’avère beaucoup plus faiblarde par rapport au 13T Pro.

Passons le Xiaomi 13T au grill de nos benchmarks pour vérifier ces présupposés. Sans surprise, le MediaTek n’est pas un foudre de guerre. Il est logiquement derrière le 13T Pro avec 30 à 50% de puissance en moins. Il ne fait pas le poids face au Snapdragon 8+ Gen 1 d’un Nothing Phone (2) ou même le Snapdragon 7+ Gen 2 d’un Poco F5. Il est malgré tout plus puissant que l’Exynos 1380 équipant le Galaxy A54.

Autant, il tient plutôt la route dans les taches bureautiques (PCMark Work 3), autant sur le jeu vidéo ses performances sont fluettes… pour un téléphone premium ou du moins moyenne gamme. Le Xiaomi 13T tourne par défaut en graphisme moyen sur Genshin Impact. Il pourra même passer en qualité élevé avec davantage de chauffe.

C’est sur le domaine de l’intelligence artificielle que nos benchmarks révèlent les véritables faiblesses du SoC de ce Xiaomi 13T. Pour classer des photos ou en retoucher avec l’IA, il passe pour un simple d’esprit. Il est deux fois plus puissant sur AItutu que le Galaxy A54, mais il se situe bien en dessous sur Geekbench ML (CPU et GPU). D’ailleurs, pour tester le NNAPI (API dédié aux réseaux neuronaux), il plante systématiquement. Ces faiblesses dans le machine learning explique probablement certains soucis en photo et en vidéo. Nous y reviendrons.

Batterie et charge

Le Xiaomi 13T est équipé d’une batterie de 5000 mAh. Ainsi, il n’y a aucun changement de capacité par rapport à la génération précédente (12T), mais également par rapport au 13T Pro. Avec un SoC nettement moins puissant, on s’attend donc à une consommation électrique plus faible. Et par conséquent à une autonomie améliorée. Malheureusement, en simulant une activité bureautique classique (web, classement photos, tableur…) sous PC Mark Work 3, nous arrivons à une autonomie de 12h31.

C’est exactement le même score (la minute de différence est anecdotique) qu’avec le Xiaomi 13T Pro ! Pourquoi ? Probablement parce que le benchmark exploite majoritairement la partie CPU qui est est peu ou prou la même entre le 13T et le 13T Pro. L’écran, identique, étant l’un des plus grands consommateurs d’énergie, les batteries du 13T et 13T Pro se vident à la même vitesse. Si vous êtes l’heureux possesseur d’un Xiaomi 13T Pro, n’hésitez pas à nous faire part de votre expérience personnelle, la communauté Phonandroid n’en sera que mieux informée.

Après avoir vidé l’accumulateur, passons maintenant au plein. Grâce au chargeur 67 W fourni dans la boîte, la charge complète s’effectue en 50 minutes. C’est à peine plus lent (+ 10 minutes) que celle du 13T Pro, mais ce dernier est équipé d’un chargeur 120 W et intégre un mode boost pour doper la charge. Le 13T s’en sort donc bien. Par rapport à la concurrence, c’est également très bien. Rappelons que le Pixel 8 nécessite 75 mn pour faire le plein à ras bord, avec un « petit » chargeur 27 W.

Charge avec chargeur 64 W et câble fournis :

0 mn : 0 %

10 mn : 21 %

20 mn : 47 %

30 mn : 70 %

40 mn : 90 %

50 mn : 100 %

Même si les constructeurs ne cessent de nous rassurer sur les progrès de charge des batteries en un minimum de temps, l’usure liée aux cycles ultra rapides est réel. Dans tous les cas, la batterie ne sera pas usée par la charge sans-fil (énergivore) puisque le Xiaomi 13T en est dépourvu, comme son grand frère.

Photo et vidéo

Le module photo arrière a été réalisé en collaboration avec l’expert Leica

Le Xiaomi 13T embarque les modules photos suivants :

un capteur principal Sony IMX707 de 50 MP avec OIS, f/1.9, capteur de 1/1,28 pouce
un capteur téléobjectif et portrait Omnivision OV50D40 de 50 MP, f/1.9, zoom optique 2x
un capteur ultra grand angle Omnivision OV13B10 de 12 Mp, f/2.2
un capteur selfie Sony IMX596 de 20 MP, f/2.2

La fiche technique nous apporte déjà quelques pistes sur ce que nous pouvons attendre du 13T en photo. Premier constat : les modules caméra sont les mêmes que sur le 13 Pro. A l’image de ce dernier, Xiaomi abandonne les gros capteurs 108 mégapixels de la génération 12T pour un “modeste” capteur 50 mégapixels, un poil moins lumineux.

Capteur grand angle Leica (0.6x)

Deuxième constat, les zooms ne sont plus pris en charge par le capteur principal, mais par un module téléobjectif qui peut également faire des portraits. Troisième constat technique, l’objectif macro fantoche de 2 mégapixels du 12T disparait, tandis que le capteur ultra grand-angle voit sa définition augmenter de 8 à 12 mégapixels. Enfin, le capteur selfie est le même que sur le 13T Pro… et donc du 12T.

Comparaison entre photo de jour (1x) avec et sans pixel binning

Sur le papier, l’utilisateur perd en définition sur le capteur principal, car ce dernier exploite le pixel bining. En d’autres termes avec 4 pixels physiques, on en crée un réel pour le cliché final. Le rendu du capteur légèrement moins lumineux que celui du 12T devrait être compensé par le traitement numérique du pixel bining. D’autant plus que le capteur est plus gros (1.22 micromètre contre 0.64 micromètre). Les différents changements entre le 12T et le 13T ont un réel impact sur la qualité des photos, en particulier de nuit.

Ces comparaisons avec la génération précédente sont toujours intéressantes. Le surcout de la nouveauté ne couvre pas toujours le gain. Avec ce Xiaomi 13T, le constructeur propose exactement les mêmes capteurs qu’avec le 13T Pro, commercialisé au minimum 200 euros de plus… Par ailleurs, le 13T exploite également la collaboration avec Leica. Celui-ci se manifeste aussi bien dans le matériel (certification des lentilles) que dans le logiciel (traitement de l’information). Cette collaboration n’est pas entièrement du drop branding. D’ailleurs, certains sites vendent des 13T à bas coût, mais sans l’amélioration Leica. Le Xiaomi 13T offre-t-il le même rendu qu’un excellent 13 Pro ? Voici nos conclusions.

Dans le classement DXOMARK, le Xiaomi 13T est 12e sur son segment de prix, alors que le grand frère 13T Pro est 5e (et dans le classement général, ils sont respectivement 44e et 41e). Dans ce top, le vieux 12T Pro est même meilleur que le récent 13T. Mais, il faut prendre un peu de recul pour comprendre. DXOMARK place en effet le Xiaomi 13T dans la catégorie des téléphones entre 600 et 800 dollars. Sur les téléphones de moins de 500 dollars, il est médaille d’argent, juste derrière le Google Pixel 7a.

Capteur grand angle Leica (0.6x)

Les mesures scientifiques, c’est bien, mais multiplier les photos, c’est mieux. De jour, les photos avec le capteur principal sont plaisantes. La combinaison luminosité, fidélité des couleurs, détail et contraste est satisfaisante. Sans surprise, le zoom optique 2x garantit des clichés détaillés et équilibrés. Avec le zoom numérique (qui monte jusqu’à 20x), les clichés se dégradent autour de 4x. La stabilisation optique compense correctement les mouvements parasites lors de la prise de vue. Un mode 50 MP (format 4/3, sans zoom) existe pour se passer du pixel bining. On gagne un peu en détail et en contraste, mais on perd en luminosité et en espace de stockage (4 fois plus volumineux). Comme le Xiaomi 13T n’existe qu’en 256Go, sans guichet microSD, c’est donc inutile.

Comparaison entre photo de nuit (1x) avec et sans pixel binning

Le mode portrait assure une bonne profondeur de champ. Le capteur grand angle produit des photos plus tranchées en termes de contraste et de couleur. Le vignettage est quasi imperceptible en comparaison avec d’autres smartphone de même gamme. Les selfies jouissent d’une définition élevée pour des vidéoconférences confortables. Globalement, c’est au-dessus de la moyenne des smartphones milieu gamme. Pour son tarif, le Xiaomi 13T est un très bon photophone.

On percevait de légères différences de jour entre 13T et 13T Pro. Elles sont plus marquées de nuit. Les couleurs naturelles ne sont pas respectées. Et les lumières artificielles jaunissent la totalité de l’image. Au-delà de 2x (zoom optique), le traitement numérique lisse tellement le bruit de l’image, que les détails s’estompent et l’on se retrouve avec des taches de couleurs. Sans être exceptionnel, le 13T Pro se débrouillait mieux en soirée. Plus intelligent, le Pixel 7 réalise de meilleurs clichés. Les Galaxy A54 ou Nothing Phone (2) sont surpassés.

Capture d’écran d’une vidéo 4K @ 30 ips avec zoom 4x

Pourquoi le 13T n’est pas au même niveau avec un matériel identique ? La réponse tient en deux lettres : IA. L’intelligence artificielle améliore depuis quelques années nos photos. Le SoC du 13T est nettement moins puissant que celui de son grand frère 13T Pro. Nous l’avons vu, les écarts entre les deux puces de MediaTek sont astronomiques en termes de machine learning. Certes, l’intelligence artificielle identifie plutôt bien le type de scène (visage, bâtiment, plante…), mais la puce est incapable de traiter correctement les données (pixels) pour en tirer une belle image.


Sur la partie vidéo, la 4K en 30 images par seconde, stabilisée est de bonne facture… pour un téléphone à moins de 500 euros. Le Xiaomi 13T ne rivalise pas avec les leaders du milieu de gamme. De plus, le zoom numérique (au-delà de 2x) produit des rushes granuleux manquant de netteté et de contraste. Le rendu est encore plus mauvais de nuit.

A gauche : Exposition longue 30s avec “trainée de néon”

Plus d’offres

Source : https://www.phonandroid.com/test-xiaomi-13t.html/amp

Auteur :

Date de Publication : 2023-11-27 16:58:50

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

GoogleAds
Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

1 2 3 4 5 6 7 8 .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . +