EN IMAGES – Orages en Normandie : la vidéo de Trouville qui fait le tour du monde

GoogleAds

C’est ce qui s’appelle “être au bon endroit au bon moment”. C’est l’expression que Guy Birenbaum emploie immédiatement quand il raconte à France Bleu Normandie son réveil, ce jeudi matin, dans sa maison de Trouville-sur-Mer dans le Calvados. L’éditorialiste radio (ndlr : RTL, Europe 1, franceinfo), éditeur et auteur normand, photographe amateur mais confirmé, était sur la plage au moment de l’arrivée des orages ce jeudi matin (pas moins de 12.000 impacts de foudre en une heure sur le Calvados) et il a pu capter cette impressionnante vidéo de l’arcus, du nom du nuage qui forme l’avant d’un front orageux.

Logo France Bleu

Pendant la promenade du chien

“C’est mon chien qui m’a réveillé un peu plus tôt que d’habitude et qui m’a fait comprendre qu’il était urgent que je me rende sur la plage de Trouville comme tous les jours”, explique le Trouvillais. En général, il y est vers 7h30 et ce jeudi, c’est de nuit, vers 6h20, qu’il arrive sur le sable pour la promenade matinale du berger australien. Le jour commence à se lever et Guy Birenbaum constate bien la présence d’un orage, jusque-là rien d’inhabituel : “J’ai toujours un appareil photo et mon téléphone avec moi, et là, je vois l’orage grossir, et surtout apparaître ce front de nuages orangés, bleus avec un mur de pluie impressionnant”. Impossible de photographier une telle chose avec le matériel dont il dispose, il n’a pas les objectifs pour. Il opte donc pour la vidéo : “Je fais donc cette vidéo et quand les trombes d’eau arrivent, je rentre chez moi et je poste ça sur les réseaux sociaux. À ce moment-là, je ne sais pas ce que c’est un arcus !”

Le buzz et l’intérêt des météorologues

Depuis, il sait. Puisqu’il reçoit des dizaines d’appels et de sollicitations via les réseaux sociaux : “Ça intéresse beaucoup de gens puisque depuis, je suis sollicité, jusqu’à la chaîne qatarienne Al-Jazira. C’est pas une blague ! Des Belges, des Hollandais. France Télévisions et vous… C’est assez rigolo. Il se trouve que dans une autre vie, j’ai moi-même travaillé beaucoup dans les médias, donc je n’ai aucune raison d’être désagréable avec des gens qui me demandent poliment s’ils peuvent récupérer les images que j’ai faites.”

Évidemment, ce n’est pas la première fois qu’un front orageux arrive sur les côtes de la Manche avec un tel arcus. Mais les circonstances de temps et de lumière, au petit matin, font que Guy Birenbaum a filmé de rares images météorologiques. Ce sont donc aussi des sites et des spécialistes météo qui le sollicitent pour exploiter ses images : “Parmi eux des sites belges, des sites hollandais… Regardez dans mon fil Twitter, il y a des météorologues, des fils météo, beaucoup de météorologues très très sérieux visiblement, qui se sont emparés de l’objet partagé.”

Pas question de vendre

Cette vidéo, il pourrait en tirer profit comme lui ont signalé certains de ses amis sur Twitter : “Oui, je pourrais la vendre, mais j’étais juste au bon endroit au bon moment. Je considère que la nature ne m’appartient pas, donc je l’ai donnée à tout le monde gracieusement”. Guy Birenbaum, qui connaît par cœur le monde des médias, conclut : “Je vais gagner quoi, franchement ? Autant partager, vous savez le web, c’est le partage d’abord. Je suis un vétéran du web et ça me va très bien de partager et de donner !” À 62 ans, Guy Birenbaum a en tout cas réussi, un peu par hasard, l’une de ses plus belles images.

Source : https://www.francebleu.fr/infos/environnement/orages-en-normandie-la-video-de-trouville-qui-fait-le-tour-du-monde-1536750

Auteur :

Date de Publication : 2023-08-24 12:55:42

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

GoogleAds
Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

1 2 3 4 5 6 7 8 .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . +