des cours d’eau en crue, plusieurs coulées de boues et des routes coupées

GoogleAds

Après plusieurs jours de pluie intense, les cours d’eau isérois sont gonflés et débordent. Le Grésivaudan est particulièrement touché par des coupures de route.

09:02
| mis à jour à 09:02

8h48 : Coupée vendredi après-midi à la suite d’une inondation, la RD524 qui mène à Vaulnaveys-le-Bas a été rouverte à la circulation ce samedi 2 décembre à Vizille.

Au total, les sapeurs-pompiers iserois ont réalisé, ce vendredi 1er décembre, environ 120 interventions en lien avec les intermperies qui n’ont pas fait de victime et dont les dégâts matériels restent peu importants.

Photo Le DL/Guillaume Drevet

20h35 : De gros flocons de neige tombent en Valdaine comme ici (voir notre photo), après Chirens. Des chasse-neiges sont déployés sur la D1075.

A 20h15 : Dans la commune du Bouchage, 12 routes sont inondées et barrées :

– une section de la route de Cessenoud du n°595 à n°850
– la route des Quatre Vies
– la route du Chon
– la route de Tunières
– le chemin de Tunières
– le chemin de La Loue
– le chemin des Petites Gorges
– la route de La Gravelle
– la route du Chouvard
– le chemin du Chouvard
– la route de La Grouvière
– une section du chemin de Genevey

A 20h10 : Deux nouvelles coupures de route dans le Grésivaudan.

– A Chapareillan la RD 285C a été fermée. Une déviation par la RD 1090 en Isère et Savoie via Les Marches a été mise en place.

– La RD 255B sur les communes d’Hurtières et de Theys a aussi été fermée. Une déviation par la RD 524 et 280 a été mise en place.

A 19h55 : Dans le village du Mottier, les infiltrations d’eau, à cause des précipitations importantes et récurrentes, on provoqué l’effondrement d’un mur en pisé, coupant la route principale du village dans les deux sens.

Le mur s’est effondré côté jardin. Photo Le DL/M. Eynard

Le mur s’est effondré côté jardin. Photo Le DL/M. Eynard

A 19h35 : Après la pluie, la neige s’invite dans cette soirée. Elle tombe fort sur les Terres froides, ce soir. Comme, notamment, à Châbons.

A 19h10 : La RD 11 a été coupée à Domène. Une déviation est mise en place par la RD 524 et la RD 280.

A 18h40 : La montée des eaux dans le secteur de Froges provoque actuellement la coupure de la RD 523 entre le supermarché Carrefour Market et la rue du Stade.

De nombreux cours d’eau en furie

En Chartreuse, la D102 B (menant à Saint-Pierre-d’Entremont) est fermée à la circulation, un glissement de terrain menaçant d’emporter la chaussée. Photo Le DL / Stephane Pillaud

Le Guiers déchaîné entre Isère et Savoie, à la frontière entre Aoste et Saint-Genix-les-Vilages. Photo Le DL / Thierry Reignier

Le Guiers déchaîné entre Isère et Savoie, à la frontière entre Aoste et Saint-Genix-les-Vilages. Photo Le DL / Thierry Reignier

Le Rhône fait de gros bouillons au niveau du barrage de Champagneux, en amont d’Aoste. Photo Le DL / Thierry Reignier 

À Eybens, le Verderet est sorti de son lit. Photo Le DL / Philippe Andreolety

À Eybens, le Verderet est sorti de son lit. Photo Le DL / Philippe Andreolety

À Eybens, le Verderet est sorti de son lit. Photo Le DL / Philippe Andreolety

Au Bourg-d’Oisans, la Rive a grossi sous l’effet de la pluie. Les services de la mairie sont vigilants quant à son niveau. Photo Le DL / Martine Pilot

Au Bourg-d’Oisans, le niveau de la Rive a rejoint celui de la passerelle mais pas encore la cote d’alerte. Le maire, consulté, indique que les services sont vigilants. Photo Le DL / Martine Pilot

Au Bourg-d’Oisans, le niveau de la Rive a rejoint celui de la passerelle mais pas encore la cote d’alerte. Le maire, consulté, indique que les services sont vigilants. Photo Le DL / Martine Pilot

A 18h30 : A Froges, une importante montée des eaux a menacé une centrale électrique desservant 20 000 à 30 000 abonnés, parmi lesquels les sociétés STMicroelectronics et Soitec.

Les sapeurs-pompiers ont engagé d’importants moyens pour procéder au pompage et le niveau de l’eau est redescendu. Envisagée pendant quelques heures, la mise à l’arrêt de cette centrale n’est plus à l’ordre du jour.

A 18h15 : Dans la plaine du Bouchage, la vigilance est de mise. Au droit de la station de Brangues, la cote était à 205,20 à 9 h 30 ce vendredi 1er décembre contre 205,50 à 17 heures.

Le Syndicat de défense contre les eaux du Haut Rhône maintient donc sa cellule de veille inondation. Cette dernière regroupe les maires des communes des Avenières-Veyrins-Thuellin, Le Bouchage, Brangues et Groslée-Saint-Benoit.

Avec de fortes précipitations qui se poursuivent et des débits élevés, un pic est attendu dans les prochaines heures. « L’ouverture des vannes n’est pas à exclure », informent les élus qui se tiennent prêts à activer la cellule de veille renforcée si le niveau atteint 205,75. L’ouverture des vannes est déclenchée quand la cote est à 205,95.

La pluie a déjà conduit à des débordements avec plusieurs routes inondées. Les conducteurs sont appelés à ne pas s’engager sur ces routes.

Le point à 18 heures

Vendredi à 18 heures, les sapeurs-pompiers de l’Isère étaient intervenus à environ 70 reprises depuis jeudi 16 heures pour des opérations liées aux inondations de locaux et de voies, mais sans dommage matériel majeur.

Photo Le DL/Pauline Seigneur

A 17h : A Domène, le ruisseau le Domeynon a monté de niveau, entraînant cailloux et blocs au niveau de la scierie Sillat mais aussi des tuyaux de chantier.

Dévalant à vive allure, les tuyaux ont passé sans embûches la partie couverte rue Charles de Gaulle avant de venir se bloquer au pont de la rue Tancrède-Baste.

Alertés, les services techniques de la ville, sous l’œil du premier magistrat de la commune, Chrystel Bayon, présent sur les lieux, ont bataillé pendant un bon moment pour évacuer les tuyaux et éviter le débordement du ruisseau.

L’intervention des services techniques de la ville au niveau du pont. Photo Le DL/Pierre Savin

L’intervention des services techniques de la ville au niveau du pont. Photo Le DL/Pierre Savin

16h45 : A Aoste, dans le Nord-Isère, l’état du Rhône, du Guiers et de la Bièvre inquiète aussi.

Depuis cet après-midi, la commune distribue des parpaings aux habitants, pour qu’ils puissent surélever leur mobilier, ainsi que des sacs de sable. L’inquiétude est surtout pour le secteur de Saint-Didier-d’Aoste, un quartier particulièrement soumis au risque d’inondation.

Roger Marcel, le maire, avoue se sentir un peu démuni : « Nous sommes dans une zone sensible avec le Rhône, le Guiers auxquels viennent se rajouter les ruisseaux comme la Bièvre, la Cuisinière venant de Chimilin, le Guindan venant de Romagnieu. Personne ne se soucie de nous, ni la préfecture, ni la communauté de communes des VDD. Nous devons nous débrouiller seul ».

Certains habitants ont très vite réagi et ont évacué leur matériel et animaux. Le maire et ses adjoints se préparent à passer une nuit blanche et vont veiller à la fermeture de certaines routes par mesure de sécurité.

Le Rhône entre dans la Lône par-dessus la berge. Photo Le DL/Jean Andre

Le Rhône. Photo Le DL/ Jean Andre

Le ruisseau La Cuisinière venant de Chimilin sature le pont. Photo Le DL/Jean Andre

Fermeture totale des chemins d’accès. Photo Le DL/Jean Andre

Les berges sont impraticables. Photo Le DL/Jean Andre

Les habitants de Saint-Didier se préparent au pire. Photo Le DL/Jean Andre

La Bièvre coule encore vers le Rhône. Photo Le DL/Jean Andre

Les échelles de niveau à surveiller. Photo Le DL/Jean Andre

16 h 30 : À Villard-Bonnot, plusieurs coulées de boue ont donc coupé la RD 165 (route de la Combe de Lancey) peu avant 15 heures. Elles ont bloqué un camion et deux voitures, dont les occupants sont en sécurité. L’une des coulées serait descendue en aval et aurait coupé le chemin d’accès d’une habitation, dont les deux occupants ont été évacués.

– La situation se détériore actuellement dans le sud du département, où les sapeurs-pompiers multiplient les interventions, principalement pour des voies coupées. Ainsi, la route entre Vizille et Vaulnavey-le-Bas (RD 524) est coupée par le débordement d’un ruisseau.

– Aucun important dommage matériel n’est signalé.

Le point à 16 heures

La RD 165, au niveau de la Combe de Lancey, sur la commune de Villard-Bonnot, est coupée à la circulation à la suite d’une coulée de boue entre les papèteries et le carrefour RD 165 / RD 165 A. Une déviation est mise en place par Sainte-Agnès et Saint-Mury-Monteymond.

À Grenoble, l’Isère continue de monter et atteint à 16 heures la hauteur de 2,18 mètres, soit une vingtaine de centimètres de progression en quatre heures.

À 16 heures également, le débit s’est bien sûr nettement accru également et est monté à 665 mètres cubes par seconde. Lors de la dernière grande crue, à la mi-novembre, la hauteur d’eau avait atteint 3,43 mètres pour un débit de 1 032 m3/s.

À l’heure actuelle, les bancs de la promenade inférieure située en rive droite, dans le quartier Saint-Laurent, sont dans l’eau. Quant à la voie sur berge, elle est maintenant totalement immergée.

Vidéo Le DL/Denis Masliah

Sur la commune du Bouchage, les inondations sont déjà visibles route des 4 vies. Photo Le DL/Cedric Partouche

Sur la commune du Bouchage, les inondations sont déjà visibles route du Rafour. Photo Le DL/Cedric Partouche

Sur la commune du Bouchage, les inondations sont déjà visibles route du Rafour. Photo Le DL/Cedric Partouche

Le point à 11 heures

Les sapeurs-pompiers de l’Isère ont mené une vingtaine d’interventions pour diverses inondations de locaux sur l’ensemble du département depuis jeudi 16 heures. Des inondations liées aux ruissellements et aux remontées de nappes. À Grenoble, le niveau de l’Isère continue à grimper en cette fin de matinée, puisqu’il a atteint 1,99 m peu avant 11 heures.

En montagne, des torrents comme le Guiers (Chartreuse) et le Breda (Belledonne) sont également en crue. Le Breda à Pontcharra est passé d’un niveau de 0,50 cm jeudi vers 8 heures à 1,10 m ce vendredi à 11 heures. Le Guiers à Saint-Laurent-du-Pont est passé de 2,19 m ce vendredi à 0 h 20 à 3,20 m à 6 h 30, mais est redescendu à 3 m vers 11 heures.

A 18 heures, le département devrait passer en vigilance orange verglas et neige (lire par ailleurs).

Inondation dans la plaine du Bouchage : la cellule de veille de nouveau activée

Ils sont de nouveau en alerte. Avec le Rhône en vigilance jaune crue et inondation, la cote, au droit de la station de Brangues, a atteint 205 centimètres à 2 h 30, dans la nuit du jeudi 30 au vendredi 1er décembre. Ce vendredi matin, elle est à 205,20. Les maires des Avenières-Veyrins-Thuellin, du Bouchage, de Brangues et de Groslée-Saint-Benoit, ont donc décidé d’activer la cellule de veille du syndicat de défense contre les eaux du Haut-Rhône, ce vendredi 1er décembre.

« En raison des fortes précipitations sur l’ensemble du bassin-versant du Haut-Rhône, les débits ont augmenté très rapidement depuis hier après-midi. À l’amont, la situation se stabilise mais à des niveaux élevés. De plus, le tronçon du Rhône est influencé par les débits de la rivière du Guiers dont les variations sont plus difficiles à prévoir. De ce fait, la cellule de veille reste très attentive à l’évolution du Rhône localement », détaillent les élus, membres de la cellule de veille. Ils indiquent également que les fortes pluies ont déjà conduit à des débordements en plaine avec des routes inondées. « Il est important de respecter les signalisations routières, d’être vigilants et prudents et ne pas s’engager sur des routes inondées. » Le prochain point sur la situation est annoncé pour la fin d’après-midi, « ou avant si la situation se dégrade ». La cellule de veille avait déjà été activée le 14 novembre dernier. La dernière inondation de la plaine du Bouchage, dû à la forte montée des eaux du Rhône, remonte à 2021.

Un bulletin d’information relatif à l’évolution de la crue est disponible sur https://www.vigicrues.gouv.fr

Une coupure de route en Chartreuse

La RD 102 B a été coupée ce vendredi en fin de matinée par un glissement de terrain à Saint-Pierre-d’Entremont, indique le service routes du Département de l’Isère. La durée de cette coupure est indéterminée et une déviation a été mise en place par la RD 512.

L’Isère en crue à Grenoble

Comme annoncé, l’Isère est de nouveau en crue ce vendredi matin, la voie sur berge située en rive gauche, à Grenoble, étant sous l’eau.

A 8h35, la station Grenoble Bastille relevait un niveau d’1,95 mètres pour un débit de 603 mètres cubes seconde. Une crue sans commune mesure avec celle de la mi-novembre, lors de laquelle la hauteur d’eau a atteint 3,43 mètres (pour un débit de 1032 m3/s).

Un bulletin de vigilance crues jaune a été émis par Vigicrues pour l’Isère moyenne (Combe de Savoie et Haut-Grésivaudan) et l’Isère grenobloise.

– Pour l’Isère moyenne tout d’abord (départements de la Savoie et Isère), Vigicrues annonce une « crue d’intensité modérée ». « A 5h30 ce vendredi, la hauteur mesurée à l’échelle de la station de Chamousset était de 2,20 mètres, soit un débit de 400 m3/s. Les débits attendus à Chamousset pour ce milieu de journée seront compris entre 350 à 450 m3/s, soit une hauteur à l’échelle attendue comprise entre 2 m et 2,35 m. Les débits pourraient atteindre 500 à 600 m3/s en soirée, soit des hauteurs comprises entre 2,50 m et 2,85 m », prévoit Vigicrues.

– Pour l’Isère grenobloise ensuite (département de l’Isère), est attendue une « crue d’intensité modérée à assez importante ». En effet, Vigicrues note qu’« au vu du renforcement des pluies attendues dans l’après-midi et la soirée de vendredi, la tendance devrait repartir à la hausse jusque dans la nuit ». « Les débits pourraient atteindre 600 à 700 m3/s dans la nuit de vendredi à samedi, soit des hauteurs comprises entre 1m90 et 2m30 », prévoit Vigicrues.

Source : https://www.ledauphine.com/amp/environnement/2023/12/01/l-isere-est-de-nouveau-en-crue

Auteur :

Date de Publication : 2023-12-01 09:16:49

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

GoogleAds
Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

1 2 3 4 5 6 7 8 .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . +