compact puissant, très bel écran et de magnifiques photos

GoogleAds

Principales caractéristiques techniques : 

Écran AMOLED de 6,1 pouces, 1080×2400 pixels 90 Hz 
Chipset Google Tensor G2
8 Go de mémoire vive non extensibles
128 Go de stockage interne non extensibles
Triple capteur photo 64+13 mégapixels
Capteur frontal 10,8 mégapixels 
Lecteur d’empreinte digitale sous l’écran
Batterie 4400 mAh compatible charge 20 watts et charge sans fil
Système d’exploitation : Android 14

Design

Le smartphone Google Pixel 7a vient donc succéder au Pixel 6a qui a été lancé par le géant américain l’année dernière marquant ainsi son retour sur le segment des smartphones après quelques années sans succès. Il rejoint les autres mobiles de la série qui compte déjà le Pixel 7 et le Pixel 7 Pro disponibles depuis plusieurs mois maintenant et qui seront prochainement remplacés par les Pixel 8 et Pixel 8 Pro. En attendant, la marque américaine étoffe ses gammes et veut proposer un appareil au meilleur rapport qualité prix du marché. 

Le design du Pixel 7a s’inscrit dans la droite lignée de ses ainés avec des formes identiques. Il y a la barre dans le dos qui occupe toute la largeur de l’appareil pour intégrer les capteurs photo. Cette bande est fine et particulièrement bien finie. Elle propose un aspect métal et reprend la teinte du dos, ce qui n’est pas le cas sur le Pixel 7 Pro, par exemple.

Le Pixel 7a est décliné en 4 coloris : Charbon (gris foncé), Neige (blanc), Océan (bleu clair) et Corail (rouge-orangé uniquement disponible sur le site Google Store) contre 3 couleurs pour ses ainés. 
La teinte Corail est particulièrement belle, mais notre modèle de test était le noir. Celui-ci ne laisse aucune chance aux traces de doigts qui marquent le dos. Les profils sont très arrondis, comme sur les Pixel 7 et Pixel 7 Pro. Compact, le Pixel 7a est clairement plus petit que ses ainés. Comptez sur 1 cm de plus sur la version Pro en hauteur, par exemple. Pas spécialement fin, le Pixel 7a fait 9 mm de profil contre 8,9 mm pour Pixel 7 Pro. Il n’est pas spécialement léger non plus avec un poids de 193,5 grammes. Le Pixel 7a arrive en concurrence des Samsung Galaxy A54 5G, Xiaomi Redmi Note 12 Pro+ 5G et Motorola edge40, mais il est beaucoup plus compact que ceux-ci. 

Les profils, comme la bande au dos, reprennent les teintes de la coque arrière avec, toutefois, un coloris un peu différent en regard au métal utilisé pour le châssis de l’appareil, ce qui est toujours bien pour un appareil de milieu de gamme pour plus de solidité. On peut voir les antennes tout autour. Les touches du téléphone sont identiques à celles de ses ainés, facilement identifiables et accessibles. Contrairement aux autres marques, le bouton pour mettre en veille est au-dessus de celui qui permet de gérer le volume.
Comme le Samsung Galaxy A54 5G et ses ainés, le Pixel 7a est certifié IP68 donc totalement étanche à l’eau ainsi qu’à la poussière, ce qui est une très bonne chose à ce prix. 

Le lecteur d’empreinte digitale est installé sous l’écran. Il est idéalement positionné, à 3,5 cm du bord inférieur, ce qui évite une gymnastique du pouce pour identifier son propriétaire. Prompt et efficace, nous n’avons rien trouvé à redire sur cet élément qui a toujours barré la route à d’autres doigts que ceux de notre testeur. 
Le son proposé par le Pixel 7a est stéréo, ce qui est toujours une bonne chose. En outre, on peut compter sur un certain dynamisme avec une bonne tonalité générale ainsi qu’un équilibre agréable. Il est dépourvu de distorsion proposant des voix très claires sans oublier les médiums. Le manque de basses est à constater bien qu’une certaine chaleur du son se fait entendre sur les rythmes les plus profonds. Malgré son positionnement de modèle de milieu de gamme, Google n’a pas jugé bon de proposer une prise audio jack pour brancher un casque.
Le Pixel 7a est compatible Wi-Fi 6E, pour les meilleures performances à l’heure actuelle avec le support des réseaux 5G, du NFC ainsi que du Bluetooth. Il peut accepter une seule carte SIM dans son tiroir et il est compatible avec la technologie eSIM. 

Un écran à 90 Hz avec des bords plutôt épais

Le Pixel 7a est équipé d’un écran de 6,1 pouces s’appuyant sur une dalle AMOLED alors que l’écran du Pixel 7 fait 6,3 pouces et celui du Pixel 7 Pro a une diagonale de 6,7 pouces. La surface d’affichage du Pixel 7a occupe une grande place, bien entendu, en façade, mais nous nous attendions à voir des bords moins épais. Le menton est très légèrement supérieur aux autres. Le poinçon, tout en haut, au centre, est là pour abriter le capteur photo frontal.

L’écran du mobile est capable de proposer une fréquence de rafraîchissement de 90 Hz, comme son prédécesseur alors que ses ainés proposent un maximum de 120 Hz, pour plus de fluidité lorsqu’il s’agit de faire défiler de longues pages de sites Internet ou de la consultation de murs sur les réseaux sociaux, par exemple. Dans les paramètres, la seule option disponible est celle qui permet de gérer la fluidité de l’affichage permettant d’autoriser le mobile à augmenter ou diminuer automatiquement la fréquence entre 60 et 90 Hz, en fonction des contenus. L’écran est protégé avec la technologie Corning Gorilla Glass 3, ce qui n’est pas exceptionnel, mais a le mérite d’exister pour limiter les rayures et les chocs. 

L’écran du Pixel 7a supporte le format HDR pour apprécier les photos utilisant cette technologie. Il a une définition que l’on considère comme classique avec 1080×2400 pixels. Les écrans des mobiles concurrents sont plus grands et proposent la même définition. Le Pixel 7a bénéficie donc d’une meilleure lisibilité. Par contre, les autres mobiles offrent une fréquence supérieure et c’est l’un des points faibles du Pixel 7a. Officiellement, Google annonce une luminosité maximale de 1000 cd/m², comme le Galaxy A54 5G de Samsung. Dans la réalité, il est tout à fait exploitable en pleine journée, même avec un grand soleil.

En outre, dans la pénombre, il sait se faire discret pour limiter la fatigue oculaire, sans aller jusqu’à proposer des technologies avancées comme sur le Honor Magic5 Pro, par exemple. 
Dans les paramètres, on peut activer la luminosité adaptative, choisir entre des couleurs naturelles ou adaptatives. Dans ce dernier cas, l’écran prend en compte la luminosité de l’éclairage ambiant. L’écran est compatible HDR10, mais pas HDR10+ ou Dolby Vision. 

Android 13 à bord avec 5 ans de mises à jour

Comme les autres mobiles de la marque, le Pixel 7a a l’avantage d’avoir la toute dernière version d’Android, en l’occurrence Android 13 avec les dernières fonctionnalités proposées par le système de Google. L’interface est extrêmement épurée, uniquement avec les fonctions et les applications prévues par le géant américain. La mise à jour du système Google Play datait du 1 mai 2023 et la mise à jour de sécurité du 5 juin 2023, ce qui ne peut pas être plus récent. Google garantit le suivi des mises à jour pendant 3 ans pour Android et 5 ans pour la sécurité, ce qui laisse le temps de voir venir.

Le système et les applications préinstallées occupent un espace de 21 Go environ. 
Android 13 propose une excellente fluidité, de nombreux paramètres de personnalisation et notamment la possibilité de faire des captures d’écran ou des traductions depuis le gestionnaire d’applications. On peut toujours regretter à ce niveau qu’il faille faire défiler toutes les vignettes des applications ouvertes vers la droite pour accéder au bouton virtuel qui sert à les fermer toutes d’un coup. 

Le Tensor G2 à l’intérieur, comme ses ainés

Comme les Pixel 7 et Pixel 7 Pro, le smartphone Google Pixel 7a dispose de la nouvelle puce Tensor G2 gravée en 5 nm. Toutefois, il convient de noter qu’il ne s’agit pas strictement du même Soc, des différences ayant été observées entre les unités intégrées dans les Pixel 7 et Pixel 7 Pro contre le Pixel 7a. Il s’agit malgré tout de la seconde génération de ce processeur développée en collaboration avec Samsung. Elle est ici associée à 8 Go de mémoire vive comme le Pixel 7 et au format LPDDR5, l’une des plus véloces du moment. Il n’y a pas de possibilité de puiser dans la mémoire de stockage pour en faire de la mémoire vive comme cela est proposé sur d’autres marques. Cette puce intègre le module de sécurité Titan M2 qui permet de garantir la confidentialité des données enregistrées au sein du téléphone.

Comme sur les autres mobiles de la marque, il n’est pas question de courir dans la course des meilleures performances face aux autres puces du marché. L’idée est surtout d’optimiser les processus entre utilisation matérielle et logicielle pour une expérience des plus abouties. À l’usage, le smartphone s’est révélé d’une très grande fluidité lors de parcours dans les différents menus et dans la navigation en général. À aucun moment il n’y a eu de saccades. Les applications sont lancées avec une extrême vélocité et on peut passer de l’une à l’autre en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. 

Comme pour les autres smartphones, nous avons soumis le Google Pixel 7a à des outils de mesure de performances brutes afin de le comparer aux autres téléphones du marché. Effectivement, on peut constater que ce ne sont pas les meilleures performances qui sont ici proposées, mais cela suffit largement à un usage au quotidien pour toutes les tâches, même les plus exigeantes. Le smartphone se débrouille aussi très bien en ce qui concerne l’exécution de jeux vidéo offrant une excellente jouabilité et une très bonne réactivité. On peut constater, sur le graphique de CPU Throttling, que le chipset n’exploite pas tout son potentiel pour préserver ses composants. Le mobile a tendance à chauffer un peu lorsqu’il est beaucoup sollicité.
Voici les principaux résultats des autres mesures de performances. 

Que vaut-il en photographie ?

Le Pixel 7a est équipé d’un capteur photo principal de 64 mégapixels. Il peut ouvrir à f/1.89 avec un champ de vision de 80 degrés. Il est accompagné par un module de 13 mégapixels pour les prises de vue en mode ultra grand-angle jusqu’à 120 degrés. Notez la présence d’une double stabilisation optique et numérique, ce qui permet de limiter particulièrement les bougés et qui s’avère extrêmement efficace si on veut utiliser la fonction de zoom, par exemple. L’image du cadrage reste parfaitement stable et permet ainsi de faire une bonne mise au point ou de cadrer du mieux possible. Il n’est malheureusement pas question ici de zoom optique. 

L’interface de l’application est identique à celle que l’on trouve sur les autres mobiles Pixel. Il y a quelques options à tirer depuis le haut de l’écran, la zone de cadrage, le niveau d’ultra grand-angle et zoom : 0,5x, 1x et 2x. Les modes d’images qui sont immédiatement disponibles sont : Vision de nuit, Exposition longue, Portrait, Appareil photo, Vidéo et Modes. Ce dernier menu contient les modes Panorama, Photo Sphere et Lens. Nous aurions apprécié avoir ce dernier mode parmi ceux visibles au sein de l’interface principale pour pouvoir y accéder plus rapidement. Toutefois, rappelons que la barre de recherche proposée sur la page principale d’accueil contient un lien vers Google Lens. 

Selon le laboratoire DxOMark, le Pixel 7a a obtenu un score de 133 contre 122 pour le Pixel 6a, 134 pour le Pixel 6 Pro, 140 pour le Pixel 7 et 147 pour le Pixel 7 Pro. C’est donc mieux que son prédécesseur, mais moins bien que ses ainés. Nous avons pu faire de très nombreuses photos avec le Pixel 7a. Force est de constater qu’il produit des clichés globalement très réussis. Les images que nous avons pu réaliser sont à comparer plutôt avec des modèles haut de gamme qu’avec des milieux de gamme.

Les couleurs sont particulièrement fidèles avec un très bon contraste, même dans des situations difficiles. On apprécie également le niveau de détails et le piqué obtenu. Le mode nuit est très bon aussi produisant des images de très bonne qualité. Le capteur ultra grand-angle propose également des images très réussies avec d’excellentes expositions et un bon piqué. 

Pour se prendre en selfie, le Pixel 7a utilise un capteur de 13 mégapixels qui permet d’obtenir, là aussi, de belles images avec des teintes de peau particulièrement bien respectées et convaincantes. 

Une bonne autonomie, mais une charge lente

La batterie intégrée au sein du Google Pixel 7a a une capacité de 4400 mAh, comme le Motorola edge40 contre 5000 mAh pour les Galaxy A54 5G et Redmi Note 12 Pro+ 5G. C’est correct et cela correspond à une capacité d’un smartphone milieu de gamme. Avec une telle alimentation, le téléphone tient une journée et demie et peut même parfois aller un petit peu plus loin. Nous avons été tout à fait satisfaits sur ce point par contre, ce qui est beaucoup plus critiquable, comme sur ses ainés, c’est la vitesse de charge du smartphone. En effet, celui-ci supporte au maximum 20 watts en mode filaire. C’est bien moins que la concurrence et même que le mobile Samsung dont la marque n’est pas une référence pour ses charges rapides. « Heureusement », il a l’avantage de pouvoir être rechargé sans fil, ce qui peut faire un peu oublier la lenteur de sa charge. Aucun bloc d’alimentation n’est fourni avec l’appareil. 

Le contenu de la boîte 

Le smartphone Google Pixel 7a est livré avec un câble USB-C vers USB-C, un adapteur USB-A vers USBC et un outil d’extraction pour le tiroir à cartes SIM.

Notre avis

Malgré un prix légèrement supérieur au Pixel 6a lors de son lancement, le Pixel 7a relève le niveau notamment avec une puissance nettement au-dessus de son prédécesseur tout comme la qualité des photos ainsi que l’écran qui gagne en fluidité. L’essentiel est bien là avec un modèle compact qui offre, selon nous, un excellent rapport qualité prix avec un système toujours à jour. Seul le temps de charge est un peu décevant. 

Source : https://www.lesmobiles.com/test/google-pixel-7a-1688126764

Auteur :

Date de Publication : 2023-06-30 15:30:00

Le droit d’auteur pour le contenu syndiqué appartient à la source liée.

GoogleAds
Photo Video Mag
Logo
Compare items
  • Total (0)
Compare
0

1 2 3 4 5 6 7 8 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .